Déc 14, 2018, 02:27 am

Nouvelles:

La résurrection d'un forum pour la migration d'une communauté ! New settlers have arrived !

AAR – Colonisation d'Alpha du Centaure et autres catastrophes

Démarré par Kait, Fév 13, 2018, 07:59 pm

« précédent - suivant »
En bas

Kait

Spoiler: MontrerCacher
Ce topic est un reupload d'un de mes récits favoris qui a subit les affres du 410 sur JVC, je le mets en sûreté ici.



Cette opération de colonisation a tout juste commencée que c'est déjà un fiasco.
On avait quitté la Terre depuis un petit moment déjà. Et lorsqu'on est sorti de notre sommeil cryogénique, on n'a trouvé qu'un cadavre de capitaine, pleins de voyants rouges qui clignotent et un Unity sur le point de s'écraser sur notre destination: Alpha du Centaure.

J'ai sauté dans un pod de secours avec un certain nombre de mes partisans, et ais prié pour mon salut. Les siècles à venir ont de bonnes chances d'être très longs...




CHAPITRE I : A BRAVE NEW WORLD







Mon nom ? Le Président Nwabudike Kayte. J'ai personnellement financé une bonne partie de l'expédition, moteurs, vivres, personnels, j'ai tout payé. Je pars du principe que rien n'est assez gros pour être acheté. Et je compte bien m'approprier toute cette putain de planète.



Nous organisons donc rapidement une petite base (nommé Kayte-Ville, en hommage à mon égo) dans un endroit, comment dire... nul ? Tout juste de quoi bouffer, pas de minerai, d'or, juste de la caillasse et cet étrange fongus infâme qui pousse un peu partout. Au moins mon Caisson de Jouvence est intacte, je ne mourrais pas de vieillesse d'ici un bon moment. Nous sommes en 2101. Essayons de rentabiliser cette planète rapidement.

---



Incroyable. Nos éclaireurs ont à peine fait quelques pas hors de la base qu'une escouade de braves campeurs extra-terrestres leur sont tombés dessus pour leur meuler la face. Note: Les canons lasers Kayte Inc. traversent plutôt bien la chair xenos.

---



Le temps file plutôt tranquillement. Les débris de l'Unity éparpillés un peu partout se révèlent riches en ressources en tout genre. Mes usines créent rapidement une somme coquette d'unités d'explorations qui s'empressent de supprimer les jolis petits carrés noirs sur la carte holographique du QG, et mes scientifiques développent en 2116 les technologies nécessaires à la création de formeuses. Ce petit coin de terre merdique pourrait éventuellement devenir rentable avec le temps.

...

Un instant, je viens de recevoir un appel. Il y a donc d'autres survivants. Tant pis pour mon monopole. Bon, voyons voir qui...



Oh merde. Les ennuis commencent.



Pourquoi a-t-il fallu qu'il ait survécu ? Le Rédacteur Prokhov Usul... Il a écrit à lui tout seul une bonne moitié des ouvrages qui composaient la bibliothèque de l'Unity, et assurait sa protection avec hargne lors de nos petits passages dans son... antre.
Il foudroyait littéralement du regard les impudents qui osaient y parler trop fort ou corner les pages des bouquins holographiques.
Cela dit, il n'a pas mauvais fond, je suis sûr qu'on va rapidement arriver à un accord agr...



"Donnez-moi de l'argent ou je me fâche tout rouge !
-Ben, euh, non ?
-JE ME FÂCHE TOUT ROUGE ALORS !"



Wow. La console de communication a explosé. Je crois qu'il a réussi à tirer à travers avec ses yeux... Sacré tempérament, pour un bibliothécaire.
Bon, c'est bien joli, mais je n'ai pas de quoi assurer une quelconque guerre aussi tôt, et les lasers d'Usul sont réputés pour leur efficacité. Je le rappelle aussitôt. Il raccroche. J'insiste, il répond.
On arrive assez vite sur un terrain d'entente, après une conversation qu'on peut résumer ainsi:

"Déjà fatigué de la vendetta, hein ?
-Ben c'est à dire que ça n'a pas vraiment commenc...
-Oh, je suis quelqu'un d'indulgent, donnez moi 50 crédits et tout est oublié.
-Alors non. Par contre j'ai 20 crédits dans ma poche, si vous voulez.
-PARFAIT ! Et attention, hein, que ça ne se reproduise plus !
-Mais oui, mais oui."

Une bonne chose de faite. L'installation ici va s'avérer plus compliquée que prévue.
Spoiler: MontrerCacher
La suite arrive, je fais juste ça en deux parties pour que ça soit un peu digeste.



Kait

CHAPITRE II : SMALLWORLD




Nous sommes désormais en 2151. Malgré la fondation d'une deuxième base juste à côté de gros dépôts de minerais, et l'aboutissement d'un projet secret visant à générer toujours plus d'argent, ma société va à vau l'eau. La production est lente à crever, la croissance démographique lamentable (mes citoyens sont bien trop riches pour faire des enfants) et j'ai perdu la totalité de mes unités d'exploration en l'espace de six mois suite à une série d'embuscade extraterrestres bien sale. On dirait qu'ils se planquent dans le fongus, les salauds, il faudra au plus vite passer toute cette saloperie au Karcher Kayte Inc.®, je vous le dis.
Je crois que cette planète nous déteste, en fait, et je comprends un peu pourquoi.
Toujours est-il que je me complaisais dans mon argent en me disant que si Usul était un sacré chieur, il serait cependant facile à acheter, et que je cherchais un emplacement pour une troisième base, voilà que mes éclaireurs m'ont transmis un autre appel. Fait chier. Plus les survivants de l'Unity sont nombreux, et plus il faudra partager le gâteau... Bon, voyons voir qui c'est...



Oh. Lady Beslle. Fantastique. On l'appelais Lady Ronchon à un moment je crois. Du type écolo extrémiste jamais content. Elle ne va sûrement pas aimer ma multiplication imminentes d'usines polluantes en tout genre, mais pour l'instant je vais faire profil bas. Elle pourrait se révéler un allié puissant.



Elle me demande la fréquence d'Usul, comme c'est touchant. Les grands principes de la stratégie m'indiquerait plutôt d'éviter de les mettre en relation, juste au cas où, mais mon papa m'a toujours dit de ne jamais refuser d'argent, surtout de la part d'inconnu ajoutait-il (comme ça on est sûr de ne jamais avoir à leur rendre).



Elle est tellement mignonne quand elle fait ça. Qui ne tente rien à rien, hein ?



Enfin, elle ne m'en tient pas trop rigueur et propose de signer un traité d'amitié. Qui dit traité dit commerce et qui dit commerce dit argent, et écoutant toujours les sages paroles de feu mon papa je signe sur le champ.

---



Ces foutus extraterrestres nous mènent la vie dure. Un de ces machins lanceurs de spores a réussi à détruire mes fermes près de mon usine de métallurgie. On y a laissé une partie de la population dans la famine qui a suivi. Dieu que je les hais.

Et les emmerdes ne font que commencer. Alors que j'envoyais une capsule de colons vers un emplacement stratégique, j'ai eu le plaisir d'y trouver...


Un camp de gitans. Je ne définirais pas mieux cet amoncellement de pauvreté navrante. Et une nouvelle base potentiellement productive qui vient de me filer sous le nez. J'ordonne aussitôt à mes hommes d'aller en apprendre un peu plus sur ces pouilleux tandis que je reçois un appel de Beslle.



Des premiers signes de tension, chic chic chic. Enfin, évidemment, je prends la carte.

Spoiler: MontrerCacher
Et un screen mal cadré, un ! jvhap



On peut voir sur les images qu'on a réussi à en tirer que ce brave Usul a déjà trois villes plutôt bien développées. Aussi, les débris de l'Unity se trouve à l'Ouest de ma position non loin d'un troisième protagoniste, qui n'est d'autre que...




Et merde. Truman. Le Président Truman, maintenant. Prêt à expérimenter sa doctrine sur toute la planète. La doctrine Truman en question ? Construire à la chaîne pleins de cité-poubelles, les répandre n'importe où comme un malpropre, avoir une population explosant tout record, et probablement assez d'enfants inutiles pour faire des expériences rigolotes jusqu'à la fin de ses jours, qui promettent d'être beaucoup plus longs qu'ils ne le devraient dans un monde juste et bien fait.
Bref, un type sympa. Nous échangeons d'ailleurs un paquet de technologie et...



Hop. Je le corromps juste ce qu'il faut pour qu'on forge une alliance bien propre, et me voilà avec un allié de taille. Une bonne journée. Je ne vois pas ce qui pourrait la gâch...

"Au fait je vous ai parlé de mon voisin ?
-Hein ?
-Attendez, je vous le passe. C'est lui en rouge sur la carte..."




...Vous savez, on dit souvent "c'est toujours les meilleurs qui partent les premiers". Je crois que c'est faux. Non parce que j'ai l'impression que ce sont bien les pires crapules de l'univers qui se sont rués dans les pods de secours avant tout le monde pour sauver leur peau, laissant à une mort certaine toute une foule de gens respectables.
Enfin bref, voici le Premier Prolétaire Bosco Axetibe. Un gentil coco bien rougeaud, du type à reprendre tout le monde sur  n'importe quel sujet politique pour bien montrer qu'il en sait plus que les autres à ce sujet, parce qu'il a fait des études lui. On verra comment les gentilles petites masse prolétaires réagiront à une ogive nucléaire Kayte Inc® dans le creux des dents, c'est moi qui vous le dit.

Nous entreprenons un échange cordiale, nous mettant d'accord sur une seule chose étant le mépris de l'autre, et coupons court à la conversation. Sale prolo dégoûtant.

---

Bon, en tout cas, ma production est navrante. Je désire construire une troisième base pour compenser quand je reçois un appel d'Axetibe.

"Dîtes. Le bout de terre là. Ça me gène que vous y foutiez une base.
-Oh ? Pourquoi, vous voudriez pas le collectiviser, des fois ?
-Nan mais quand même, la collectivisation c'est bien beau mais il est à moi en fait.
-Oh et pourquoi ?
-Ben j'ai une base sur l'autre rive.
-...
-Alors ?
-...
-Quel est le problème ?
-LE PROBLÈME EST QUE CETTE PLANÈTE EST DÉJÀ SUFFISAMMENT PETITE POUR NOUS TOUS, ALORS VOUS ALLEZ PAS VENIR FAIRE CHIER PARCE QUE JE M'INSTALLE À MOINS DE 200 KILOMÈTRES DE VOS PUTAINS DE FRONTIÈRES FICTIVES, ENFOIRÉ DE GAUCHO DE MERDE !
-Ben si.
-Ben je vous emmerde.
-Ben je vous déclare la guerre.
-Mais oui, mais oui, venez donc."

S'il veut venir m'attaquer, il devra passer par Truman. Je doute que ses armées de culs-terreux y arrivent. Ses troupes finiront comme sujets d'une expérience sur la balistique d'un corps propulsé dans les aires par  une catapulte à plasma avant qu'elles ne se rendent compte de quoi que ce soit.

---

Nous sommes en 2175 lorsque je reçois un rapport d'un de mes éclaireurs. Encore une nouvelle faction. C'est vraiment minuscule comme planète, en fait, Alpha du Centaure. On s'est sacrément foutu de nous. Si j'en avais les moyens, je retournerais illico sur Terre pour foutre ces américains dans une bonne vieille crise économique comme ils l'aiment. Non mais.
Allez, voyons voir ce nouveau venu, peut-être quelqu'un de respectable et sympathique, pour une fois...



C'était évidemment trop demandé. Il s'agit du Colonel Corazon Crowbar, représentante de la faction des Bannis. Je me souviens de cette fille. Toujours à balancer des saloperies sur les communautés et à partir dans des fous rires insupportables, on a fini par la chasser dans les recoins de l'Unity, près des moteurs, là où elle ne dérangerait plus personne. Quand j'y pense, ce ne serait pas elle qui...
Enfin bref, elle a tenté plusieurs fois de revenir en changeant de nom et en mettant une fausse moustache, mais ça n'a trompé personne. Et maintenant elle est bien décidé à se venger et...



QUOI, UNE RÉUNION DU CONSEIL PLANÉTAIRE, DÉJÀ ?



J'ai l'air con avec mes quatre pauvres voix, moi... J'étais pas préparé à une réunion si tôt. J'étais pas préparé à une réunion tout court en fait, moi qui pensait être peinard sur ma planète.
Bon, il faut élire un dirigeant planétaire, entre Beslle et.. et Frère Cody ?
Ce cher Cody, enfin une personne respectable, la plus respectable de nous tous probablement. Sur l'Unity, il était toujours là à résoudre les conflits, à faire des câlins aux gens tristes, à organiser les goûters d'anniversaire ! Un chouette type, vraiment.
Bon, je vote bien sûr pour Beslle, ce Cody a beau avoir l'air tout gentil, il est à l'autre bout de la planète et Beslle est infiniment plus puissante que moi, alors je préfère jouer les faux-culs.
Triste que je ne sois même pas un candidat éligible, ça m'aurait fait plaisir d'acheter les votes de tout le monde...



Et hop ! Elle est élue. J'espère qu'elle se souviendra que j'ai voté pour elle.
Après la fin de la réunion, je m'empresse d'aller voir ce Cody de plus près.



Un type adorable, sans le moindre doute. Dommage que ce genre de type ne fassent pas long feu dans les parages...

---

Enfin bref, nous y voilà. Et les choses ne s'annoncent pas bien. Je suis ridiculement en retard, la planète s'avèrent finalement minuscule et on y est tassé, serré les uns contre les autres.
À défaut de pouvoir battre les autres sur le plan militaire, il me faudra jouer du porte-monnaie si je veux me faire une place dans ce joyeux, énorme bordel qu'est Alpha du Centaure...
Les siècles à venir vont vraiment être longs.

FIN DU CHAPITRE DEUX

_____________
Spoiler: MontrerCacher
Voilà, pour ce qui n'ont pas encore décroché, rassurez-vous. Vu mon emplacement départ tout pourri, mon retard navrant et la taille ridicule de la planète, il se peut que cette série s'avèrent très courte et assez triste. jvhap
Au moins essaierais-je d'emporter l'un de vous dans la tombe. jvhap

Kait

CHAPITRE III : PROFIT





Nous sommes en 2193. Et on peut dire que les choses ne vont pas bien. Je n'ai pas de place pour m'étaler, je produis rien du tout, et la seule personne sur laquelle je puisse compter est ce malade mentale de Truman. Et bien sûr, les choses ne sont pas prête de s'arranger parce que...



Encore. Je suis devenu la victime de la planète. Beslle et Usul ont bien vu que j'étais pété de thune mais faible à crever, alors ils viennent régulièrement prendre leur petit tribus. Mais cette fois j'en ai ras le cul. Je n'ai pas d'armée, mais j'en trouverais une, salaud. Après tout, vu les millions que j'ai investis dans l'industrie du laser, si je t'en fais bouffer je te le donne, ton argent, en quelque sorte.



D'ailleurs, ça tombe bien, mes scientifiques viennent tout juste d'inventer un nouveau blindage. J'ordonne aussitôt à mes usines de produire les premiers prototypes.



Et autre bonne nouvelle : Truman m'envoie des troupes pour éclater ce foutu Usul. Un autre aspect de la doctrine Truman, on dirait : ne pas faire la guerre directement, plutôt laisser ses alliées faire le sale boulot en leur envoyant des troupes pour la forme.
C'est bien aimable à lui, en tout cas, puisqu'il est toujours en train d'affronter Axetibe pour savoir qui des deux a le meilleur communisme.

---



Je remporte quelques victoires contre l'avant-garde d'Usul, mais pile au moment où j'envisage de lancer une contre-attaque voilà qu'Hercule décide de faire coucou à notre lopin de terre. Hors de question de laisser les bases sans surveillance pour le moment...



Wow. Bon, en fait, on va quand même faire un tour chez Usul, ce serait dommage de pas pouvoir se moquer de lui à travers les vitres blindés de sa "Station de Surveillance", en regardant avec délectation sa population mourant de maladie infâmes.

---



MAIS BORDEL ! J'AI DIT QUE J'ÉTAIS PAS LA VICTIME DE LA PLANÈTE, PUTAIN !
Bon, je veux cependant pas risquer une guerre avec Beslle. Je lui jette une liasse de billet entre les dents pour qu'elle arrête de mordre.

_________

Je tourne en rond dans mes quartiers pavés d'or synthétique. C'est insupportable. Je n'ai absolument aucune direction pour m'étendre. On dirait que sur cette planète le moindre lopin de terre est attribué ! Le moindre lopin de t... eh mais.
Mais wi c'ay clayw !

Comment ai-je pu être aussi sot ?

---


Deux capsules de colonisation maritime quittent mon usine de métallurgie en 2197. Personne n'a encore pensé à s'attribuer les mers ! Et si je pompe déjà pas mal les réserves naturelles de la planète, tout le pognon que je pourrais me faire en vidant les océans !
Deux cités flottantes sont donc créés au nord et au sud de ce grand océan à l'est de mes terres. Elles risquent de se rentabiliser assez rapidement.
Spoiler: MontrerCacher
Je m'aperçois que je n'ai pas pris de screen de la carte dans son ensemble, du coup ça doit pas être forcément évident à suivre. J'essaierai d'en mettre plus la  prochaine fois.




L'une d'elle est stratégiquement placée tout près de la frontière Gaïenne. J'espère la fortifier suffisamment pour l'utiliser comme forteresse si un jour une guerre avait lieu avec Beslle (je suis sûr qu'elle finira pas se plaindre de mes milliers de litres de déchets radioactifs jetés dans la mer, douillette comme elle est).



En parallèle, je décide de suivre le modèle de Truman et d'adopter une politique d'état policier. Jusque là, mes citoyens étaient bien trop riches pour s'attarder à des frivolités comme la guerre et le massacre. Mais nous sommes bel et bien en guerre, et je ne peux me permettre cette absence totale de soutien à armée. Hop, un nouvel impôt en temps de guerre, pour l'entretien des soldats, c'est comme ça. Si vous n'êtes pas content je vous taxes aussi vos nerfs.

---



Les forces conjointes de mes propres armées et de celles de Truman s'installent devant les portes de la Station de Surveillance d'Usul. Il tente de mettre fin à la vendetta, mais c'est trop tard mon pote. On verra qui lance les plus gros lasers, maintenant.

---


Tandis que nos armées luttent avec acharnement contre Usul (oui, Usul tout seul, il s'est mis sur le toit de la ville et nous foudroie du regard comme il sait si bien le faire), des nouvelles de l'Ouest arrivent: les Prolos ont fait une percée dans les rangs de Truman et ont pris une de ses villes. J'espère qu'il tiendra le coup, c'est mon seul allié fiable.

---



Nous avons perdu beaucoup, mais en 2213 la Station de Surveillance est enfin à nous ! Finalement la guerre c'est sympa, presque autant que l'argent. Usul se fâche évidemment tout rouge, mais je lui place un gros paquet de fric dans les bras et il devient tout de suite plus calme.
Je n'ai pas les moyens d'aller plus loin dans les terres universitaires pour le moment, alors je préfère consolider mes positions.
La même année, je signe une trêve de sang avec Axetibe, de toute façon je n'ai pas l'intention d'envoyer des troupes là-bas.



Quelques temps après, Truman m'annonce qu'il a réussi à capturer Axetibe ! Oh joie, oh comme ça va être ch... Attends. Je lance un appel sur le canal 12, non, le Premier Prolétaire est toujours bien au chaud chez lui. Pauvre Truman, la guerre lui fait complètement tourner la tête.

_________________

Le temps file tranquillement. La guerre fait rage un peu partout, mais pas chez moi. Je me lance dans des grands travaux d'urbanisme, mes villes resplendissent enfin, et surtout, sont productives. L'argent coule évidemment à flot, me permettant d'accélérer mes constructions efficacement.
Du côté géopolitique, Crowbar tente de s'allier avec moi pour lancer un assaut contre Beslle, mais je l'envoie poliment bouler. Beslle s'impose comme première puissance mondiale, et a en plus le grand privilège d'être l'une de mes voisines directes, alors non, je ne vais pas trop l'emmerder.
Elle tente aussi de me filouter des technologies, mais refuse d'y mettre le prix, alors je l'envoie chier. encore une fois.
Spoiler: MontrerCacher
D'ailleurs, j'aime beaucoup cette réponse jvhap:


En parlant de Beslle, elle réussit à être réélue à deux voix près malgré mes tentatives de corruptions intensives. Heureusement que nous sommes à l'heure actuelle beaucoup trop indisciplinés pour prendre des décisions ensembles, si bieen que le titre de Gouverneur Planétaire ne sert qu'à faire joli sur le CV.

Peu de temps après la réunion, je propose un pacte de sang à Beslle. Elle me répond qu'elle n'acceptera que si je fais mes preuves en déclarant la guerre à Crowbar avec elle. J'accepte illico. Je ne prends pas vraiment de risques, les Bannis sont -comme à leur habitude- reclus sur des îles à l'autre bout de la planète.
J'en profite également pour acheter un certain nombre de technologies aux Gaïens, rattrapant un peu mon retard de ce point de vue là. C'est fou comment l'argent achète tout.



J'obtiens également la carte de sa zone. Cela ne fait que confirmer sa complète suprématie. Je suis content de l'avoir parmi mes amis.

---



Yihee ! Vite vite, faisons de gros avions à la chaîne ! Je crois bien être le premier à en avoir. Je me demande qui je vais bombarder le premier....



Les Gaïens terminent un projet secret juste sous mon nez. J'ai essayé de les prendre de cours, tant pis.

---

On dispose enfin de convoi de ravitaillement, pour aller chercher des ressources toujours plus loin. Ça devrait faire du bien à la production.



Puisqu'on en parle, j'ai justement adopté un système générant encore plus d'argent, c'est toujours agréable !
Dans un même temps, je fortifie la Station de Surveillance (Usul laisse traîner ses troupes bien trop près à mon goût), et lance la construction d'avion. Axetibe a construit une base bien trop près de chez moi, je suis impatient d'aller la raser.

---

Les échos de la guerre entre Crowbar et Beslle nous parviennent, et je dois dire que ce n'est pas pour me déplaire. Chaque cité prise aux Gaïens est une délivrance.



Pendant ce temps, nos ingénieurs mettent au point un modèle de fourgon de ravitaillement marin, histoire de générer toujours plus de sous depuis nos cités marines.
Spoiler: MontrerCacher
C'est un des meilleurs points du jeu : les unités ne sont pas fixes, ce sont des conglomérats de différents modules qu'on assemble à notre guise. Possible donc de créer des bateaux d'espionnage ou des voitures lance-missile comme bon nous semble. jvcute


____________________



Après de longues années de paix relatives, voilà que les choses commencent à revenir à la normale en 2257. Usul n'a toujours pas compris que la Station de Surveillance n'est pas une putain de location mais bien ma propriété (j'ai payé plusieurs fois le loyer pour gagner du temps mais quand même) et me déclare la guerre, je lance une vendetta simultanément contre Axetibe pour détruire "Enclume Humaine" (mes chasseurs y font des merveilles) et quelques jours après, voilà que Cody m'appelle :



Sale petite pourriture, et dire que je voulais te faire gouverneur. Cela met en danger mes cités sous-marines, j'y ordonne donc la construction expresse de navires de combat.

Bon, du coup je pense qu'on peut voir deux grands axes se mettre en place:

D'un côté, moi, Beslle et Truman.
De l'autre, Axetibe, Crowbar, Usul et Cody.

Voilà qui promet des événements intéressants...

---



OUI ! Les fiers armées maoistes ont pris le dessus sur les répugnants marxistes ! La capitale d'Axetibe est tombée !
Voilà une bonne nouvelle. J'aime le son du coco qui pleure au petit matin.

---

Tandis que mes troupes tiennent tant bien que mal face à celles d'Usul, en partie grâce à mon aviation, et que je regarde la carte de la planète tranquillement en me mouchant dans des billets de banque à mon effigie, je me dis que tout va pour le mieux.

Mes villes sont nombreuses, prospères, productives, je remporte les combats sur tous les fronts, je ne vois vraiment pas ce qui pourrait arriver de...



Ah !



AH !



AAAAAAH !



AAAARGRHGHGHRHGHGH !






À SUIVRE...









_________

Un chapitre un poil moins bien, je manque de temps.

Vu que j'ai trouvé que ça manquait, voici une carte du monde:


En jaune: Moi
En rouge: Axetibe
En bleu: Truman
En noir: Crowbar
En vert: Beslle
En blanc: Usul
En violet: Cody

J'ai plutôt bien redresser la barre, finalement, en partie grâce à la somme indécente d'argent que je génère. Cela dit, Beslle est incroyablement puissante et je me demande bien comment je vais faire pour lui rafler la victoire.

Kait

CHAPITRE IV : À BAS LE PROLÉTARIAT







Bon. Nous sommes en 2269 et la situation n'est toujours pas très reluisante. Les citoyens commencent à râler dans les villes les plus éloignées du pays, les installations que j'ai construit un peu partout coûtent si chères en maintenance que je ne génère presque plus de crédits et ce foutu Truman a annulé notre Pacte de Sang. Je n'y vois qu'une seule raison : il est en train de l'emporter contre Axetibe, et je suis le prochain sur sa liste.
Oui sauf que moi j'ai des gros avions.

Oh et Beslle est toujours en position de... de femelle alpha sur l'intégralité du globe. Elle génère même plus de billets que moi, la connasse.
Ma seule consolation est que son expansion démographique excessive lui joue de sales tours...


---



Pendant ce temps, mes avions continuent de bombarder les villes d'Axetibe de l'autre côté de la rive. Malheureusement, je n'ai rien pour les prendre, et je ne fais que faciliter le travail à Truman.
Je profite également du fait que Beslle soit d'humeur magnanime pour lui taxer une autre technologie en douce.

---


Les forces prolétaires sont effectivement en train d'être écrasées. Ce ne sera sûrement qu'un question de temps avant qu'Axetibe finisse dans une geôle moite à collectiviser son morceau de pain avec les rats...



Sauf que Truman fait un faux pas. Créer une ville à cette distance de ma capitale, non, ça n'est pas tolérable. Je signe rapidement un traité de paix avec Usul pour libérer le front nord, puis Truman et moi nous déclarons la guerre d'un commun accord.

---



En 2276, mes troupes au sol fulgurent vers les cités du cratère de Guarland, épaulées par mon aviation. Le Tertre des Droïdes, que Truman avait eu la mauvaise idée de fonder si près de moi, a déjà été rasé.
La progression est rapide: les soldats maoïstes ne sont tout simplement pas équipé pour affronter des unités aérienne et se font décimer une par une, laissant un chemin clair et tapissé de rouge à mes bataillons terrestres.

---




L'Artère Sociale tombe entre mes mains en cette belle année 2278 ! C'était justement l'emplacement où je voulais construire une cité il y a plus d'un siècle de cela. Mais j'ai la mémoire longue. Truman commence à paniquer. Il se rend compte que s'il a le nombre, son retard technologique est trop grand. Mais maintenant que la locomotive est lancée, nous savons tout deux comment il est dur de l'arrêter...

---



Les émeutes de droïdes commencent à s'intensifier un peu partout. Kayte Inc. est devenue trop grande, et la guerre n'aide en rien. J'ordonne aux gouverneurs d'endiguer les manifestants (les couler dans des digues, quoi) comme solution temporaire, tandis que je prévois la création d'aires de jeu et de crèche à l'avenir (il est connu qu'un citoyen ayant eu accès à une balançoire dans sa jeunesse est bien moins enclin à se révolter une fois à l'âge adulte).
Du côté de la bataille de Guarland, elle est déjà gagnée. Les derniers survivants se replient vers les bases plus éloignées tandis que mes troupes s'emparent des villes. Ainsi, Entreprise du Peuple et Repaire de l'Unité tombent à leur tour entre mes mains. Cependant, mes armées terrestres ont été décimés par une embuscade de guérilleros restés pour couvrir les arrières, et je suis forcé d'attendre des renforts pour pouvoir continuer mes conquêtes, laissant le temps aux forces de Truman de reprendre leur souffle. Qu'à cela ne tienne. J'ai toujours les plus gros avions.



"Gnagnagna, maintenant moi aussi j'ai des navions !"
OUI MAIS MOI J'EN AI PLUS, OK ?!



Je signe dans la foulée la paix avec Axetibe. Je ne veux pas qu'il me gène, et je pourrais l'écraser plus tard si l'envie m'en prend.



Toujours plus ou moins en même temps, j'adopte une économie verte. Oui je sais, cela ne me ressemble pas mais ça fera plaisir à Beslle et me permettra d'augmenter mon efficacité, c'est à dire de faire taire tous ces abrutis qui se plaignent de la décentralisation.



En parlant de Beslle, cette sale pourriture biodégradable a construit une cité juste tout près de moi. Elle n'en a pas fini de m'emmerder.
________________

Nous sommes en 2293, et c'est jour de réunion du conseil !
Évidemment, vu la situation actuelle de plus ou moins guerre mondiale, l'ambiance n'est pas particulièrement joviale, et quand bien même le tout se passant via conférence holographique, on sent chacun près à sauter à la gorge de l'autre au premier mot de travers.



Ma proposition d'un pacte commercial global est rejetée de peu, malheureusement. Et le reste de la séance se passe dans les cris et les injures.
Lorsqu'elle se termine enfin, personne n'est vraiment plus avancé qu'avant, et il est temps d'élire un nouveau gouverneur planétaire.



Il faut encore une fois choisir entre Cody et Beslle. Je suis toujours abasourdi par le nombre de votes dont ils disposent chacun, mais sur ce coup ce seront les miens qui seront décisifs. Je décide de faire en sorte que Cody soit élu. Tant que je peux fragiliser l'empire Gaïen, je ne me prive pas.



Et c'est donc Cody qui est élu. Bien. Je peux retourner à mes occupations.

---


Aaah. J'aime le bruit d'une explosion au petit matin. Les nouveaux avions de Truman ne font pas le poids face aux miens, qui ont eu tout le loisir de s'entraîner sur ses troupes.  C'est la débandade généralisée en face, et je m'empare de Libre Droïde, l'ancienne capitale d'Axetibe, en 2295. Il n'y a plus rien pour m'arrêter.

---



Je reçois une alerte. Il y a une énorme famine dans ma base maritime proche des frontières gaïennes. C'est étrange, j'avais ordonné la construction de fermes sur la riv...



Et merde. Avec la fondation de sa nouvelle base, Beslle s'est accaparée le contrôle de la rive. Je ne peux pas tolérer ça. Et il n'y a qu'une seule solution de régler le problème...

...

...



En achetant la base, évidemment. L'argent règle tout, je l'ai déjà dit. Voilà, un problème de moins.

---



Je fortifie Libre Droïde en me demandant quelle direction faire emprunter à mes troupes, lorsque je reçois un appel de Truman. En sueur.



Truman sait quand il est vaincu. Il ploie le genoux face à moi. Une nouvelle preuve de la supériorité écrasante du capitalisme face au répugnant communisme et ses dérivées, voilà ce que c'est.
Bien sûr, j'aurais pu continuer la percée, mais j'ai le sentiment qu'il me sera plus utile en vie et soumis que mort et décédé. Il faut que je prenne le temps de développer mes villes, de pacifier mes conquêtes, et surtout de générer pleins de sous.

Il nous reste cependant un dernier soucis à régler. et... Ah non c'est bon.



"Allo Kayte ?
-Je vous écoute, Truman.
-Non, je voulais juste vous dire que c'est bon, j'ai collectivisé Axetibe.
-...C'est à dire ?
-Eh bien, je l'ai pris, et j'en ai distribué les bouts en parts égales à toute la population.
-Oh."

Les deux grandes nations communistes sont donc matés. Je signe la paix dans la foulée avec Crowbar, réglant un autre problème. Les choses vont plutôt bien.

Alors que je m'apprête à faire un passage dans mon Caisson de Jouvence, je reçois une dernière nouvelle:



Cody et Beslle sont donc aux coudes à coudes, aussi bien sur les plans diplomatiques que militaires. Leurs armées se font face. Une longue guerre va avoir lieu sur ce petit lopin de terre. Et moi, je regarderai tranquillement, de loin, le massacre, en sirotant un petit café. Tout va pour le mieux finalement. Je peux encore tirer mon épingle du jeu.


































"Oh et au fait Beslle est en train de construire un missile à fission destructeur de planète."

QUOI ?!

Kait

CHAPITRE V :SCIENCE SANS CONSCIENCE





Spoiler: MontrerCacher
Encore une fois, j'ai pas pris beaucoup de screen d'ensemble, mais en fait la minimap permet de pas mal suivre.

2305. Plus de deux siècles sur cette planète, désormais. Et quelque chose me dit que ce n'est pas encore fini. J'ai de grands projets. De très grands projets. Mais avant cela, il me faudra surpasser Lady Beslle la terrible, ma plus fidèle alliée mais également ma pire ennemie.
Et puisqu'on parle d'elle...



"Dos au mur". Comme c'est touchant. Je ne suis pas venu pour t'entendre gémir, pauvre idiote, mais pour refaire le plein de technologie, et en  particulier...



Oh làlà, si tu savais ce que je pourrais en faire...



Ça par exemple.

Mais j'ai une opération d'une plus haute importance sur le feu. Quelque chose qui pourrait changer le cours des événements...

---



"Patron, on l'a repéré !
-Ah ! Je savais que Truman bluffait. Il y a moyen que je puisse lui parler ?
-Rodger, je vous branche sur l'Holopod de sa cellule... *frzzzzzz* Voilà.
-...Allo ?
-Il... il y a quelqu'un ?
-AH ! Heureux de t'entendre, fier petit marxiste. Je suis venu te secourir des geôles répugnantes de cette affreux maoïste !
-...Votre langue a fourché ?
-Pardon ?
-Non, parce que maoïste, marxiste, c'est la même chose en fait.
-...
-Le... le nom complet du maoïsme, c'est marxisme-léninisme-maoïsme...
-...
-... C'est pour ça, j'ai cru que votre langue avait fourché...
-Bon sortez-le moi de là. De force s'il le faut. Et mettez lui un bâillon."




---

Me voilà désormais avec trois votes d'office lors des réunions du Conseil. Je me place très bien.



Je lance en parallèle un projet secret visant à augmenter mon influence audit  Conseil. Je n'ai fais qu'un seul de ces projets jusqu'à maintenant, il est temps que je rattrape mon retard.

---


Axetibe a rassemblé ses derniers partisans encore en vie et les a cloné en masse pour fonder une nouvelle capitale. Elle se situe sur la bande de terre au Sud de la frontière entre moi et Beslle. Vole loin de tes propres ailes, petit prolétaire !

Pendant ce temps, je lance un autre projet secret, la Grille d'Energie Planétaire, pour augmenter mes revenus toujours plus. Cody et Beslle lancent le même juste après, mais je dispose d'une réserves coquette d'énergie à investir en cas de besoin.

---

La décennie 2310 est riche en innovation.

   
Spoiler: MontrerCacher
Il y a une petite cinématique à la fin de chaque projet secret, mais pour des raisons évidentes je ne peux pas les montrer ici. jvhap


Je termine mon premier projet, me promettant dans un avenir proche de me présenter enfin à la gouvernance.



Je peux désormais lancer mes premiers satellites, également. Ceux là ont pour but de fournir de la nourriture à l'intégralité de mes bases. Je crois que le ciel d'Alpha du Centaure est encore vierge de toute saloperie en métal, ce serait dommage de manquer une occasion de dégueulasser le paysage.



Et puisqu'on en parle, mes premiers trous thermiques font surface (hehe). Ces machins polluent comme puits de pétrole au soleil, mais fournissent énergie et minéraux à ne plus savoir quoi en faire. Je veux de ces petits bijoux absolument partout.

---



Truman et Axetibe sont bien mignons. Ils m'envoient en boucle des unités pour combattre la terrible menace que constitue l'armée de Cody que je n'ai jamais vu. Le problème, c'est que les unités en question sont d'une obsolescence navrante, et me coûte en entretien à moi. Du coup ces braves jeunes gens tout heureux de servir dans la grande armée privée Kayte Inc. se font proprement égorger à la frontière pour faire des économies. C'est sot la guerre des fois.



Pendant ce temps, au nord, Beslle reprend l'avantage. On ne sais pas encore comment va évoluer le conflit.



Pour rééquilibrer un peu les forces, je laisse Cody remporter les élections.

---



C'est un fait. L'avenir de l'humanité est dans les projets secrets. C'est du bon sens : projet = innovation/argent, secret = concurrence déloyale/complot/traîtrise. Les deux grands piliers de ce qui fait de nous des Hommes délicieusement corrompus (et donc meilleurs) réunis en une seule et même entité.
Conclusion: on va faire plein de projets secrets.  



J'en termine d'ailleurs un au passage. Pour toujours plus d'argent.

---



Mon tout premier satellite est lancé ! À moi la bouffe pour tous ! À moi la croissance, et les futures générations à taxer honteusement !
Spoiler: MontrerCacher
Et je rattrape presque Beslle au score !



Je lance le prototype d'avion de transport pour permettre à mes troupes d'intervenir plus efficacement sur mon territoire.



Nouvelles du front nord : Beslle s'enfonce toujours plus profondément dans les terres de Cody, remontant progressivement la mince bande de terre la séparant des grandes villes du Pacifiste.
Il me faut agir. Je ne peux laisser Beslle s'empiffrer toute seule. C'est de la gestion de la concurrence de base : si Beslle étend son territoire, alors je dois étendre mon territoire.
Et la cible de choix est le premier à m'avoir chercher des noises : le vilain petit Usul. Il pensait pouvoir faire ses expériences tranquille dans son coin, mais je compte bien être maître de cette partie là du continent...

---


En 2334, mes armées pénètrent dans les terres universitaires. Cependant, mes tout premiers avions sont mis à mal, et je dois rapidement ordonner la construction de leur modèles récents un peu partout sur mon territoire.
Alors que je préparais un nouvel impôt sur la pauvreté, je reçois une alerte en énorme sur mon holoécran : ALERTE : ÉGO DE BESLLE A ATTEINT : SEUIL CRITIQUE. LES FEMMES ET LES ENFANTS D'ABORD.



Gouverneur Suprême. Mais de qui se moque-t-on...



Jamais n'a-t-on été si unanime...

---


L'Observatoire Copernic tombe en 2335, après une longue mais vaine résistance. C'est là qu'Usul montre son plus grand point faible : il s'est contenté de faire ses expériences dans son coin, sans aucun pression extérieure, tandis que j'ai été depuis presque le début en perpétuelle rivalité avec l'un de mes voisins. Tandis que j'étais forcé d'innover pour suivre le rythme, Usul était en paix, et a progressé en conséquence. Le résultat: je le domine dans les airs et sur la terre, et si ses garnisons ECM offrent une résistance de taille, elles ne font pas le poids face à mes avions dernier cri, mes batteries d'artillerie et mes soldats vétérans.



À peu près en même temps, je lance la création d'un système de liaison planétaire. Avec ça, je pourrais voler toutes les technologies de Beslle, et ainsi rattraper mon retard une bonne fois pour toute.

---



...Et un autre projet de fini en cette belle année 2338. L'ensemble de mes base est ainsi sécurisé et protégé.



Pendant ce temps, mes armées butent contre la partie ouest du territoire d'Usul. Ses forces y sont retranchés et tiennent bon. Mais j'ai plus d'un tour dans mon sac. Dans les anciennes bases de Truman, un peu plus loin au sud, des missiles se construisent tranquillement.

---

Sacrebleu ! Beslle m'a pris de court. Elle est sur le point de finir le système de liaison avant moi ! Ça ne lui sert à rien, évidemment, mais ça m'empêchera de la rattraper sur le plan technologique ! Le seul moyen de terminer le projet avant elle : Dépenser un gros paquet de fric pour booster la production. Or, il me manquerait au moins 300 crédits. Bon. Après tout c'est mon job de trouver de l'argent. Et je sais très bien par où commencer.



Oh merde. Bon, je ne suis pas venu pour ça.



Voilà voilà, je rendrais tout en temps et en heure !

Mais ça ne suffit pas. Il me manque encore un peu moins de 200 crédits. Et où trouv... Ah oui. Suis-je bête. Il faut faire ce qu'on fais toujours quand une société tombe à court d'argent...



Grands licenciements  dans tous les centres de recherches ! Hop hop hop, n'oubliez pas de me donner votre argent en quittant votre ancien lieu de travail !
Voilà. Après avoir fermé quasiment tous les nœuds de réseau de Kayte Inc., j'ai réuni la somme nécessaire. Oh et...



Mais bien sûr mon cher Cody ! Si tu veux des missiles, prends des missiles ! Allez, amuse toi bien à nucléariser Beslle !



Et voilà ! À moi toutes les technologies ! Plus qu'à allumer tout le machin.

ANALYSE DES DONNÉES À TÉLÉCHARGER EN COURS

Ah. J'adore. Ça fait du bien de savoir qu'on va enfin rattraper ces foutus écolos.

AUCUNE NOUVELLE DONNÉE À TÉLÉCHARGER : TÉLÉCHARGEMENT ANNULÉ

...

...

---

"Qu'est ce qu'il s'est passé ?
 -Oh, non rien, il a fait une crise, il a essayé de manger les fils du système de liaison. On l'a mis de force dans son Caisson de Jouvence, il va mettre un paquet de temps à s'en remettre je pense.
 -Oh. Rien d'inhabituel, donc."


---

Bon. Au moins ça veut dire une chose : ON A EFFECTIVEMENT RATTRAPÉ BESLLE SUR LE PLAN TECHNOLOGIQUE !
Quand je pense à tout cette argent gâché, je... gnrngnntangnahghaghhagha...

Kait


__________________________



Les armées de Beslle continuent leur progression. On dirait que Cody est dépassé. J'aimerais pouvoir faire quelque chose. Si jamais Beslle écrase totalement Cody, alors il n'y aura plus rien que je puisse faire pour l'empêcher de s'imposer en tant que plus grande puissance du globe pour les siècles à venir.
Mais à l'heure actuelle, j'ai autre chose à penser, alors je me reconcentre sur la guerre contre le fieffé Usul.



Je réussis enfin à percer les défenses du laboratoire Mir en 2343, malgré une résistance farouche, et avec l'aide d'un missile intercontinentale finement placé. Je pense que le reste de cette partie là du continent ne devrait plus poser de problème. C'est pourquoi j'envoie d'ors et déjà mon arrière garde à l'assaut des cités à l'est.

---

Nouvelle réunion du Conseil, je propose un pacte commercial global qui est immédiatement...



Refusé par l'autre bouseux de Cody et son véto de merde. Ni une ni deux, je demande de nouvelles élections.



Et voilà. Non mais oh.

---




Pendant que je termine de pacifier les dernières cités de l'ouest, mon arrière garde progresse difficilement à travers les montagnes. Mais encore une fois, l'aviation a déjà préparé le terrain, et lorsque les troupes au sol arriveront sur les lieux, elles ne trouveront qu'un charmant tas de cendres fumant dans lequel s'installer.

---



"Qu'est ce qu'il lui arrive ?
-Non rien, une rentrée subite d'argent, il a fait un petit malaise, on le remet dans le Caisson."


---



Plus rien ne semble pouvoir arrêter ces maudits écolos, on dirait.
Spoiler: MontrerCacher
Can't Steslle the Beslle ! jvnoel


En parlant de Deslle, elle m'envoie une plainte comme quoi Axetibe ne fait rien que l'embêter à lui tirer dessus. Cet idiot. Je lui ordonne illico de se calmer, pour son propre bien.



Mes ateliers continuent de... ... on peut faire ça ? Mais c'est génial ! Dommage qu'il n'y ait plus la moindre terre digne d'être colonisée.



Enfin bref, en 2356, je m'empare d'une des six dernières bases d'Usul. La guerre ne sera bientôt plus qu'un lointain souvenir.



Dans la foulée, j'achète les plans d'un nouveau moteur à fusion à Beslle. La saleté m'a de nouveau devancé d'un point de vue scientifique.

---

Nous sommes en 2357 et tout va pour le mieux.



Une autre ville d'Usul est sur le point de tomber entre mes mains. La victoire est totale.



Des trous thermiques fleurissent un peu partout, décuplant ma production de manière indécente. Ces machins polluent comme pas permis, c'est formidable. Je construis également des condensateurs bien dégueu aussi pour produire plus de bouffe un peu partout. Oh, si je pouvais détruire toute verdure sur cette planète, je n'imagine pas la gueule de Beslle.

---



Mais arrête toooooi !



...Moi ça compte pas !

---



"Qu'est ce qu'il se passe.
-Il convulse bizarrement, il a essayé de manger des bill...
-Caisson de Jouvence ?
-...Bien entendu."


---

Oulà. J'ai mis près de cinq ans à m'en remettre.

Lorsque je me traîne péniblement jusqu'à ma salle de réunion, on m'apprends que mes armées sont toujours victorieuses, et un appel d'Usul est en attente sur le gigantesque holoécran.



Réédition ? RÉÉDITION ? JAMAIS ! TU AS ÉTÉ LE PREMIER À M'AGRESSER, SALE PETITE RACLURE RÉPUGNANTE ! OUI, C'ÉTAIT IL Y A PLUS DE DEUX SIÈCLES, MAIS J'AI UNE TRÈS LONGUE MÉMOIRE ET J'AI BIEN GROSSI DEPUIS ! MEURT PAR LE FEU ! MEURT ! MEURT !

---

Et nous en sommes là. Mon empire s'agrandit d'années en années, et je pourrais bientôt me présenter à la gouvernance. Je n'ai pas fini de régler mes soucis, mais je suis bien loin de la petite nation fragile que cette planète a connu.
Et je ne compte pas m'arrêter en si bon chemin.
Sauf que pour espérer l'emporter, il faudra que je me débarrasse de Beslle d'une manière ou d'une autre.
 Je n'y vois qu'une seule solution.
J'espère simplement qu'elle n'a pas pensé à la même chose...



FIN DU CHAPITRE 5

Kait

CHAPITRE VI : LA FIN DES TEMPS







Nous sommes en 2363, et j'ai comme le sentiment que cette aventure spatiale touche lentement à sa fin, d'une façon ou d'une autre.
Je n'ai qu'un moyen de me débarrasser de Beslle. Pour l'instant, je fais profil bas, mais dans l'obscurité des usines de l'Artère Sociale, ma solution finale s'assemble boulon par boulon...



---



... Et il faut vraiment que je fasse quelque chose à ce sujet un de ces quatre.



Bon, ma crise de rage étant passé, j'accepte la vassalité d'Usul. Son vote sera précieux au Conseil.



Pendant ce temps, Axetie et Usul continue cette guerre sans fin qu'ils ont commencé des siècles auparavant. Axetibe perd, comme toujours.



Je signe la paix avec Cody. Ne fais pas trop le malin, idiot, j'essaie de te sauver la vie...



Et voilà. Cody vivra suffisamment longtemps pour ne pas donner l'ensemble des votes de sa population à Beslle. Et l'année prochaine, en 2370, les élections auront lieux. Je prépare d'ors et déjà ma campagne.

---



Le grand jour est arrivé. Plus qu'à appuyer sur le gros bouton jaune.



Ovations, billets jetés en l'air, discours plein de mensonge, tout est là ! Gouverneur Nwabudike Kayte, enfin ! La petite nation de l'ombre enfin sur le devant de la scène. Je n'ai pas le temps de chômer, je mets tout de suite en place un certain nombre de réformes visant à revigorer le commerce mondiale.



Accepté ! Et mon nouveau statut de gouverneur fait venir des marchands du monde entier à ma capitale. Les crédits coulent à flot. Qu'est ce que je me sens bien.
Spoiler: MontrerCacher
Heureusement qu'il n'y a que dans les jeux vidéos que les gens sont assez fous pour voter pour un milliardaire psychopathe, hein ? jvhap

---
 
Spoiler: MontrerCacher
je sais pas pourquoi, cette dernière m'a fait penser à SS13 jvhap


Les innovations arrivent désormais en masse. Nous avons de quoi transporter nos troupes quasi-instantanément  sur tout le territoire grâce à des tubes magnétiques. Enfin, une fois toutes les infrastructures construites. Également, mes bases sont désormais protégées de l'espionnage industriel pour un moment.

---

   

Et un autre projet de fini. Nous avons maintenant de quoi relier toutes nos bases à nos futures satellites. Ce qui ne saurait tarder.



Également en cette belle année 2373, un volcan entre en éruption juste à côté de Beslle. Allez, bouffe la bonne cendre donnée par Mère Nature, espèce de tarée.



Je lance au même moment la construction d'un grand projet militaire. Je vais avoir besoin de troupes en masse si je dois faire la guerre à Beslle.

---


Mon premier prototype de destructeur de planète vient d'être fini à Kayte-Ville. Je vais pouvoir en lancer la construction dans toutes les villes de l'arrière-pays.



Rapide calcul mental : si je dois me battre contre Beslle, je dois frapper vite, et fort. Son armée est infiniment plus nombreuse que la mienne. Il n'y a qu'en détruisant ses villes majeures que je pourrais espérer gagner sur la longueur.
En comptant un destructeur de planète par cité, il va me falloir au moins dix de ces bestiaux si je veux être sûr de réduire ce joyeux lopin de terre fleuri en tas de cendres fumant.



Loin au nord, Cody continue d'avoir la vie dure. Pour un Protecteur de la Paix, il est quand même souvent en guerre.

---



Tiens, une petite base ? Ça doit pas être grand chose, juste de quoi avoir ma capitale à portée de feu nucléaire, je suppose.



*soupire* Encore ?

---



Quelle surprise. Cela dit, je ne suis pas encore prêt. Il me faut gagner du temps. Beaucoup de temps en fait.



En attendant, je fais encore quelques retouches dans mon organisation politique. Kayte Inc. n'est désormais plus vraiment une société, mais plutôt un état policier cybernétique écolo (hehe, on y croit) et pourri par l'argent. Un endroit où n'importe qui de sensé (comprendre: suffisamment à droite) y serait comme au paradis, au final.

---


Mes usines d'hydrochimie se font malmener par l'artillerie de Cody, mais il ne peux pas faire grand chose de plus. Il faut avoir des bateaux, pour ça, Cody.



Beslle entasse ses forces près de la frontière. Ce n'est pas bon signe. Du tout. Construisez moi ces destructeurs de planète plus vite...



Oh et Axetibe se fait littéralement meuler la face par Truman à nouveau, mais refuse encore une fois de signer la paix. Il me fatigue.

---



Et ça n'a pas chaumé dis donc. Bon, renvoyez une équipe de secours...



Entre temps, Beslle tente de reprendre son ancien poste, mais je suis bien installé ici, et je ne compte pas bouger. Ça risque de l'agacer encore plus, cela dit...

---


Je commence à avoir un stock conséquent de missiles, tout près du Domaine de Gaïa. 438 ans après la crise de Cuba, les vieilles habitudes terriennes sont encore là.



Allez, ressortez-le de là. J'espère qu'il finira par saisir le message...

---

Un nouveau projet de terminé ! Un vaccin de longévité, je ne serais plus le seul à profiter de l'immortalité ! Je lance illico un spot publicitaire pour en faire la promotion.
 
Spoiler: MontrerCacher
C'est pas une blague, il y a vraiment une référance à South Park. jvhap La version complète : https://www.youtube.com/watch?v=jdCB9yE9Hcc


Pendant ce temps là, dans l'eau :


Cody est bien mignon avec ses stations balnéaires, mais il commence à fatiguer, lui aussi. Je garderai quelques missiles pour lui.



Je constate une sévère baisse de production sur l'une de mes bases maritimes. Ne me dîtes pas que... Non non non non non...



AXETIBE PUTAIN DE CHIEUR DE MERDE !
Ce salaud vient de me piquer mes trous thermiques ! Je garderai un missile bien au chaud pour toi aussi, sale petite crotte prolétaire...

Usul

Très bon récit, au passage. jvhap

Cody

Un jour Chuck Norris et Notaproblem ont fait un bras de fer. Le perdant devait faire l'objet de blagues nulles pour l'éternité.

Kait



AH AH !

Bon. Nous sommes en 2406. Beslle a accumulé un nombre de troupe inconnu à l'intérieur de mes terres, et ne tardera certainement pas à s'en servir. Ma seule chance de m'en sortir : l'usage intensif du large stock de missiles à fission destructeurs de planète. Mais ils sont considérés comme une atrocité, et si je m'en sers, même mes factions vassales me déclareront la guerre. Plus qu'une seule solution.
Il y a une raison pour laquelle je voulais devenir Gouverneur.



"Je veux vos donnés scientifiques dans ce domaine."
Tu les auras, Usul, tu les auras.



"Je veux, euh... pleins de technologies !"
Mais oui Axetibe. Tu les auras aussi.



Et nous y voilà. Pour ne plus commettre d'atrocités, il suffit de ne plus rien considérer comme une atrocité. Ouah, j'espère vivre encore longtemps, parce que je peux être sûr qu'à l'instant même de ma mort, les livres d'histoire s'empresseront de raconter à quel point j'étais la plus grande ordure de tous les temps. Bon, allez, par éthique, je jure solennellement de ne pas utiliser de gaz innervants dans la guerre à venir.



Et je lance mon ultimatum à Beslle. Dieu, si Vous existez, préservez nous de ce qui se prépare.



"Il est temps de régler nos comptes, Kayte.
-...Je vois. Sachez simplement que je suis navré alors.
-Oui, de voir vos villes prises une par une et votre société courir à la ruine ?
-Non. De devoir appuyer sur ce gros bouton rouge.
-Ce gros bouton ro... ATTENDEZ QUE JE SOIS DANS MON BUNKER AU M..."

Trop tard. Miséricorde pour mon âme.
 
   

...

...

... et voilà. L'intégralité des grandes villes gaïennes rayées de la carte. Des dizaines, voir des centaines de millions de vies effacées à tout jamais. Je suis riche, mais j'ai quand même une âme, vous savez ? Je vais me sentir mal pendant au moins une semaine.



Déjà plus que trois missiles en réserve. C'est fou comme ça part vite, ces petites bêtes là.



Et une dernière pour la forme. Voilà l'armée gaïenne coupée de ses arrières. Mais le pire reste à venir...
 
---

 

Ça n'a pas traîné. En l'espace de quelques mois, je me retrouve avec une armée au porte de ma gigantesque usine de métallurgie, tandis que l'avant-garde s'approche déjà de Kayte-Ville. Les civils travaillant dans les campagnes aux alentours ou à la terraformation ont été massacrés sans pitié.
Cependant, la frappe nucléaire que j'appréhendais tant ne vient pas. Les missiles de Beslle ont dû être détruit avec sa capitale. Je pensais qu'elle les placerait en lieu sûr, mais je l'ai sûrement pris de cours.

 

Des nouveaux missiles arrivent de tout le continent. Des prototypes de char d'assaut seront également bientôt prêts à être utilisés, et le réseau de tubes magnétiques devrait permettre de les amener quasi-instantanément sur le champ de bataille. Mais suffisamment rapidement pour sauver Kayte-Ville ?
J'ai envie de dire: "Aux grands maux les grands remèdes":



Une bonne partie de l'armée de Beslle, vaporisé instantanément. Je reste terrifié devant la puissance de ces choses.



Mais ça ne suffira pas. Beslle s'est préparée à cette guerre depuis bien plus longtemps que moi. Et je sais ce qu'elle espère faire. Elle a perdu ses bases les plus importantes, alors elle compte bien se servir dans les miennes pour reformer son empire.



Les combats font rage partout. Sur les mers, mes troupes mal préparées se font tout simplement décimer. Sur terre, mes tanks tentent tant bien que mal de reprendre le contrôle de la campagne autour de Kayte-Ville. Je sais cependant que j'ai l'avantage logistique sur ce côté là: mes renforts peuvent venir instantanément tandis que ceux de Beslle sont... un peu trop inexistants pour ça.



"Président. L'ennemi s'est emparé de la Métallurgie.
-... C'est ainsi, donc.
-Le gros de leur troupes se repose là, pour reprendre prochainement l'offensive sur Kayte-Ville. Je suis navré, mais je pense que nous ne pouvons pas... Qu'est ce que vous faîtes ?
-Elle ne me laisse pas le choix, hein ?
-Veuillez laisser ce gros bouton rouge tranquille, monsieur le Président.
-J'ai essayé de négocier, n'est-ce pas ?
-Monsieur, vous n'allez pas nucléariser les usines de métallurgie. C'est la deuxième base construite par Kayte Inc. sur la planète, elle contient un patrimoine d'une importance capital et...
-Le patrimoine, ça se reforge avec le temps, petit. Si je ne peux avoir cette base, alors... alors personne ne l'aura."



Voilà. L'armée de Beslle est en fumée. Et ladite fumée retombe encore sur les toits de ma capitale à l'heure actuelle. Elle ne s'attendait pas à ce que je détruise mes propres villes, pour sûr....

...

Mais qu'est ce que j'ai fais ?

---



La situation a dégénéré en guerre mondiale. Partout, les armées s'affrontent dans des combats acharnés.
La planète se transforme peu à peu en un gigantesque cimetière géant...



Quand aux anciens territoires gaïens, les images qui nous en proviennent sont effroyables. Je comprends pourquoi les Nations Unies qualifiaient cela "d'atrocités".



Un commando de parachutistes m'attaque dans le dos. Boarf, qu'importe, ce n'est qu'une contre-attaque désespérée.



Sur le front est, ce qui reste de l'aviation gaïenne réussit à repousser mon attaque avec bravoure. J'éprouverais pour eux une certaine admiration s'il ne fallait pas payer pour compenser les pertes.

---



Alors on refuse de mourir et on détruit mes tanks, hein ?



J'aime pas quand on joue au plus malin.



Les détonations nucléaires continuent de résonner de temps en temps. Je suis en train de détruire cette planète, et je le sais, mais ces missiles sont bien trop efficaces pour que je m'en passe.

---



Bientôt, les Gaïens ne sont plus qu'un lointain souvenir. Je cherche d'ors et déjà des cibles pour mes prochains missiles. Et ce damné Cody m'a fait suer pendant trop longtemps.



J'irais tellement brûler en enfer. Faîtes que je ne meurs jamais...



Cependant, la Planète a conscience qu'on lui fait du mal, et réagit violemment. Des vers télépathes de plus en plus gros attaquent mes villes désormais sans défenses.
Alors comme ça, tu as décidé de casser les couilles, petite Planète ?



Allez, on verra qui peut faire chier le plus l'autre.



Oh. Bon. On a peut-être un peu trop forcé.

Usul

Ah, ce plaisir de couper Kait en plein pavé. Rare et précieux. jvhap 

Kait



Les génocides font partie du quotidien, à présent. Je ne vois désormais pas ce qui pourrait m'empêcher de dominer cette maudite planète.



Hum. Communications coupées pour vingts ans. Ok. On va faire un jeu. Ceux qui seront suffisamment vivants dans vingts ans pour négocier un traité de paix auront gagné. C'est parti.

---



Zut, Beslle a perdu. Je ressens tout de même un étrange pincement au cœur en apprenant la nouvelle. Beslle aura été un adversaire de taille, une rivale, une protectrice parfois même, durant toutes ces années, et désormais elle n'est plus rien que des cendres. Enfin. Elle n'avait qu'à rester à sa place.

 

Le ciel est toujours régulièrement ravagé par les champignons nucléaires, tandis que le niveau des mers ne cessent de monter.



Partout, des hommes meurent dans d'atroces souffrances, le cerveau réduit en bouillie par des bouillons de vers télépathes gigantesques.
Le tout a un côté de fin du monde. De fin des temps.

---



Alpha du Centaure (ou Chiron pour les puristes) n'est plus qu'un amas de roches boursouflé sur 80% de ses terres émergées, qui réduisent d'ailleurs à vue d'œil.



Les communications sont revenus. Il est temps d'en terminer une bonne fois pour toute.



Voilà. D'ici une vingtaine d'années, mes adversaires n'auront d'autres choix que de se rendre ou bien de subir un embargo comme jamais on en a vu en quatre millénaires d'histoire humaine.



J'aimerais en finir rapidement, c'est pourquoi je me fais élire Gouverneur Suprême, mais Cody et Crowbar contestent avec l'énergie du désespoir. Qu'à cela ne tienne.

---



La fin des temps. Les cités disparaissent en l'espace d'un instant. Partout, des mouvements de contestations naissent, aussitôt matés par les forces policières.

Crowbar ne dispose plus que d'une seule ville, tout au nord. Cody, guère plus. L'ensemble de son ancienne île n'est qu'un désert de cratères et de morts.

J'envoie une équipe aller chercher Crowbar. Il est temps pour elle de s'arrêter là. La pauvre n'aura eu aucune utilité, en plus de 400 ans d'histoire.



---

"Colonel Corazon Crowbar ?
-Que, qui êtes-vous ? Comment êtes-vous entré ici ?
-Je vais vous demander de me suivre, s'il vous plait.
-C'est un kidnapping ? Vous me prenez pour qui ? Quand bien même vous réussiriez à me maîtriser, ce que je ne crois déjà guère probable, il vous serait complètement impossible de m'extraire de cette base en vie. Mes hommes...
-Ce ne sont plus vos hommes.
-Que...
-Comment croyez vous que je suis entré ?
-Mais mes homm...
-Plus maintenant.
-Une sonde de contrôle psychique ? ESPÈCE DE SALE... *bzzziou* Argh !
-Boss. Je l'ai."



Je suis fatigué de toute cela. Même détruire des cités entières en quelques secondes ne m'affecte plus.
Il est grand temps d'en finir.

---



"Président. Les attaques sont de plus en plus intenses. La Station de Surveillance est assiégée par les plus grands bouillon qu'on ait jamais vu.
-...La Station de Surveillance a encore un missile à fission en réserve, non ?
-Eh bien... oui.
-Alors qu'est ce qu'elle attend pour rayer cette pourriture extra-terrestre de la carte ?
-Mais Monsieur le Président, si elle fait ça, ell..
-QUAND EST-CE QUE VOUS ALLEZ FINIR PAR FAIRE CE QUE JE VOUS DIS, POUR UNE FOIS DANS VOTRE PUTAIN DE CARRIÈRE !"



Je hais ces saloperies de vers télépathes. J'espère sucer les réserves naturelles de cette foutue planète jusqu'à ce qu'elle en crève.
Bon. Nous en avons fini.

 

Nous y voilà. Cette planète est à moi. Enfin. Je crois qu'elle n'a jamais été à rien d'autre qu'à elle même, en vérité. La grande guerre nucléaire l'a cependant défiguré à tout jamais.
Pour l'instant du moins, l'ensemble des peuplades d'Alpha du Centaure sont réunis sous la bannière de Kayte Inc., la petite société paisible qui aura su grâce à son don pour les placements judicieux et les coups en traître, décrocher la place de faction dominante pour les siècles à venir.

Nous n'avons jamais reçu de nouvelle de la Terre. Seul un silence assourdissant occupe perpétuellement les fréquences de communications. Il est fort probable que nous soyons désormais les derniers humains survivants.
L'humanité est donc finalement unie, mais n'est pas à l'abris du danger. Cette foutu Planète cherchera toujours à nous éliminé par tous les moyens dont elle disposera. Mais cette fois, nous serons ensemble pour la repousser.

Quant à moi, je crois que je vais faire un très long sommeil dans un pod de cryogénisation. Après plus de cinq siècles de vie, je commence à trouver le temps long. Même amasser des fortunes ne m'amuse plus vraiment. Peut-être qu'un jour l'humanité aura besoin de moi, et me réveillera à nouveau.

En attendant, je quitte fièrement la grande salle du Conseil.

J'ai gagné, après tout.









                                                              FIN



 















___________

Et c'est la fin !

Wouh, ce dernier chapitre était long. Bon, en espérant que ça aura plu et donné envie de jouer à quelques uns.
Et dire que je n'ai montré qu'une si petite partie du jeu... jvcute

Les Livres de la Planète, qui servent de narration tout au long du jeu, à mesure qu'on en apprend un peu plus sur les secrets d'Alpha du Centaure, les citations des dernières technologies de plus en plus glauques tandis qu'on s'approche de la transcendance,  où l'on sens les dirigeants sombrer chacun peu à peu dans la folie, les cinématiques des derniers projets secrets vraiment dérangeantes, les sociétés du jeu devenant de plus en plus sombres avec le temps , les technologies de plus en plus destructrices, la Planète qui veut ta mort, bref, tous ces trucs qui donnent au end game une ambiance vraiment viscérale que j'ai bien mal tenté de retranscrire.

Même les trucs à la con, comme les "publications du dirigeant" à la fin du jeu.  jvnoel  
Spoiler: MontrerCacher
(j'ai que les titres parce que le jeu fait retour arrière quand j'appuie sur contrôle, mais il y a les couvertures qui vont avec jvhap)

Et encore, je n'ai joué qu'avec la moitié des différentes factions disponibles.

Enfin bref, ce jeu m'avait manqué, et j'ai vraiment bien aimé faire cet AAR. jvcute
Merci d'avoir lu en tout cas.

Cody

Un jour Chuck Norris et Notaproblem ont fait un bras de fer. Le perdant devait faire l'objet de blagues nulles pour l'éternité.

Usul

"Et sur ces mots le jeune Cody découvrit qu'il était en vérité un nain, comprenant brutalement pourquoi il ne parvenait toujours pas à dépasser le mètre soixante malgré son passage dans l'âge adulte."

Cody

Bon du coup j'ai relu parce que j'avais que ça qu'à foutre et que c'était l'occasion. Cette fin est toujours aussi jouissive. jvhap

Et bordel j'avais oublié les titres des bouquins du dirigeant à la fin !



"La courageuse petite terraformeuse"

"Planète, es-tu là ? C'est moi, le Président Kayte"

"Car j'ai goûté au fongus (Pourquoi le Président Kayte ne peut cligner des yeux)"
Un jour Chuck Norris et Notaproblem ont fait un bras de fer. Le perdant devait faire l'objet de blagues nulles pour l'éternité.

En haut