Nov 18, 2019, 10:55 pm

Nouvelles:

Le serveur discord

RP – Cornedebouc

Démarré par Kait, Jan 20, 2018, 05:12 pm

« précédent - suivant »
En bas

Kait

  Le plat de la hache en bois frappa une dernière fois le troisième novice, qui cette fois tomba au sol pour de bon. Un concert d'applaudissements et de sifflements admiratifs s'en suivit. Doren aida les nouvelles recrues de la milice à se relever, tout en remerciant les soldats qui venait la féliciter. Elle venait de faire une splendide démonstration d'escrime naine devant un public constitué de soldats enthousiastes et de félins dubitatifs.
  Elle refusa poliment quelques propositions de duels amicaux, prétextant vouloir prendre une pause. Elle sentit une main se poser sur son épaule.

  « Désolé, mais j'insiste que je ne ferais pas de duel tout de sui... » commença-t-elle.

  Elle se retourna. Son regard passa successivement du visage de son frère souriant à la moustache à demi brûlée de ce dernier pour finir sa course sur la hache familiale qu'il tenait dans sa main.

  « Pour ma petite sœur adorée, sourit Morul. J'y ai laissé des trucs de valeurs alors ne la reperds pas, et évite de l'exhiber devant le contremaître à l'avenir.
  Doren se fendit d'un sourire jusqu'aux oreilles. Elle aurait voulu lui sauter au coup, mais elle était bien trop fière pour faire cela en public. « Merci beaucoup ! » s'écria-t-elle.

  Elle saisit la hache et l'examina sous tous les angles. Pas de doute possible, c'était bien Ananugog, la hache familiale, identifiable à sa gravure représentant une pleine lune fendue par une hache. Elle releva les yeux vers son frère.

  « Je dois m'excuser du coup. Tu es toujours le Morul qu'on connaît. » Elle détourna le regard et grommela : « Et maintenant j'ai une dette envers toi.
  - Mais non mais non, assura le chasseur. C'est naturel, je tenais autant que toi à ce que cette hache ne reste pas aux mains des humains. » Il sembla se rappeler de quelque chose. « Oh et si tu croises McEdern, déjà évite de croiser McEdern, mais si tu le croises dis lui quouargh !
  - Tu pourrais lui dire toi-même, enfoiré », cracha justement McEdern, le poing fermé, tandis que le corps de Morul tombait lourdement par terre.

  De la fumée sortait de ses narines et une veine grosse comme une galerie battant sur son front. Doren donna un petit coup de la pointe du pied dans les côtes de Morul pour s'assurer qu'il remuait encore, puis se tourna vers le capitaine.

  « Je suppose que c'est en partie à toi que je dois cette hache.
  - L'enflure, haleta McEdern. Il m'a assommé. Avec un saucisson. »
  Doren rit aux éclats. « Alalah on ne me le changera jamais. Enfin bref. »

  Elle glissa sa hache dans sa ceinture et enjamba le corps de son frère. Elle se dirigeait vers la sortie lorsqu'elle entendit un toussotement volontairement bruyant derrière elle.

  « Oui ?
  - Il me semble que j'ai mérité une petite récompense », lança Edern avec un sourire entendu.
  Elle leva un sourcil. « Pourquoi donc ? Tu ne m'as toujours pas prouvé ta valeur de guerrier.
  - Pardon ? manqua de s'étrangler le capitaine. Et tout ça c'était quoi alors ?
  - Beh, tout ce que j'ai vu, c'est que tu as assommé un nain de dos pour lui voler sa gloire. Et pardonne moi mais la seule fois où je t'ai vu combattre pour de bon, c'était contre ce géant humain, et on ne pouvait pas dire que ce fut particulièrement glorieux. »

  Sur ces mots, elle tourna les talons.
  Edern était désormais piqué au vif. Il avait de l'affection pour elle mais pour qui elle se prenait à remettre en cause son honneur ? Furieux, il lança sans réfléchir :

  « Tu veux que je te prouve ma putain de valeur de guerrier ? Combattons sur le champ, et tu verras !
  - Ah ! » Visiblement elle n'attendait que ça.  Elle dégaina sa hache. « Là on parle ! »

  Elle pivota et se mit en garde. Edern l'imita. Presque instantanément, un cercle grandissant se forma autour d'eux. Ça allait être le duel à voir. Toute la caserne se rassembla. Le capitaine regarda autour de lui. Vache, ça a dégénéré vite. Pas intérêt à perdre maintenant.

  « Tu es sûr que tu veux faire ça ? » fit-il sur le ton du défi. Quelle question, il était trop tard pour faire marche arrière maintenant.
  « Trois Scar d'or sur Doren ! lança quelqu'un dans le public.
  - Le double sur le capitaine ! relança un autre.
  - Miaou ! » fit un dernier.

  Il est intéressant de noter que pour des nains censés être complètement à sec, ils étaient capables de sortir des quantités d'or assez phénoménales de leurs barbes.
  Le jeune novice qui récoltait les paris vit une petite pièce d'or s'agitait au bout d'un bras. Il baissa les yeux et vit un demi-moustachu à toque étalé par terre.

  « Un Scar d'or sur la petite blondinette, là. »
  Le novice prit la pièce. « T'es qui pour pas connaître Doren Libashalis, au juste ? »

  Morul reçut la remarque innocente comme un coup de poing dans l'estomac. Depuis quand sa sœur était plus connue que lui ?

  Au centre du cercle, les deux combattants se tournaient autour lentement. Ils avaient tous deux des postures très différentes.
  Edern affichait une garde très académique : son écu tenu devant lui, sa hache d'arme calée sur son épaule droite, prête à jaillir.
  Doren elle avait une posture beaucoup plus étrange : son bouclier protégeait son flanc droit, tourné vers l'ennemi, tandis que l'acier de sa hache reposait sur son épaule gauche, le bras ainsi replié devant son visage. Elle était de même particulièrement voûtée, offrant ainsi la plus petite cible possible. Il fallait avouer que le tout ressemblait terriblement à la posture un peu anarchique qu'adopterait un néophyte pour créer l'illusion qu'il savait parfaitement ce qu'il faisait, mais si la naine avait réussi à survivre aussi longtemps, on pouvait supposer qu'elle savait effectivement ce qu'elle faisait.

  Les soldats autours commencèrent à frapper leurs boucliers en rythme et entonner de vieux chants guerriers nains. Cela galvanisa le cœur de McEdern. Il se sentait vivre. Il se jeta en avant, sous la clameur de ses hommes.
  La première passe d'arme fut particulièrement violente. Le capitaine jeta sa hache en avant et crocheta le bouclier de Doren. Il tira un coup sec vers lui pour créer une ouverture et poussa aussitôt l'acier de son arme vers le visage de la naine. C'était l'occasion qu'attendait cette dernière, elle donna un puissant coup de taille de gauche à droite qui dévia la hache de McEdern et l'entraîna avec lui. Profitant de son déséquilibre momentané, Doren releva rapidement Ananugog qui décrivit un arc de cercle dans les airs et s'abattit furieusement sur le dos du nain. Son armure s'enfonça de plusieurs centimètres dans un bruit sourd. Edern poussa un grognement et décida d'abandonner toute subtilité ; il fléchit ses deux jambes et se propulsa vers la naine pour lui asséner un coup d'épaule si violent qu'elle recula de trois mètres en titubant.
  Grande ovation dans le public. Le capitaine sentait du sang chaud lui couler dans le dos. Ah, il respirait ! C'était ça que d'être un nain, bons dieux !
  Le combat reprit de plus belle, avec une violence assez inhabituelle pour un simple duel amical, si bien que sans leur armures les deux combattants seraient sans doute morts au bout de trois échanges. Un lieutenant proposa d'arrêter le combat en vain.
  Cling clang. Autre passe d'arme. Edern recula à bout de souffle. Du sang lui coulait sur les yeux, à cause d'un coup de hache qui avait enfoncé son casque au niveau de son arcade sourcilière. Au moins Doren était dans le même état. Bon sang, il ne pouvait pas perdre ! Lui, Urist du clan MacEdern ne pouvait pas se laisser vaincre en duel par... par une naine ! Une Obserochoise, qui plus est ! Bon. Elle avait une trop bonne connaissance des méthodes de combat conventionnelles. Il lui fallait être imprévisible. Et s'il y avait bien une chose qu'il avait appris de Morul, c'est que quand on est acculé, le mieux reste encore de faire n'importe quoi.
  Il poussa un hurlement bestial, s'élança et... cala son bouclier sous son arrière train avant de se jeter au sol les jambes en avant. Il glissa ainsi sur son écu à travers la pièce, et faucha au passage des tibias de Doren qui tomba misérablement par terre. Elle eut à peine le temps de se mettre sur le dos qu'elle se retrouva plaquée au sol par le corps puissant d'Edern qui leva sa hache en signe de victoire. Puis tout le public lâche un « Aouch ! » en cœur.

  « Aïe aïe aïe los roublignolès !
  - Un coup bas.
  - Mais finement placé, il faut le reconnaître.
  - Elle doit sûrement tester la marchandise.
  - Ta gueule Danman, » firent les autres soldats.

  Le temps que McEdern ne retrouve ses esprits, il était coincé par une prise particulièrement humiliante, face contre sol et bras tordu dans un angle douloureux.

  « C'est bon, c'est bon ! cracha-t-il. Tu as gagné ! »
  Doren se rapprocha de son oreille et lui murmura : « J'ai peur que tu n'ai encore beaucoup de progrès à faire, mon petit Urist.
  - Ggnarnfhgahgh ! enragea-t-il.
  - Cependant pas mal pour un petit nain des Pilliers Pointus », concéda-t-elle moqueuse.

  Edern sentit l'étreinte de la naine se relâcher. Elle se releva et leva les bras en l'air, aussitôt accueillie par un tonnerre d'applaudissements. Ça avait été un beau combat.
  Le capitaine se remit sur pieds, le corps douloureux. Il observa la naine se frayer un chemin au travers de la foule admiratrice. Il se sentait calme désormais. Bah, ce n'était que partie remise. Il finirait par prendre sa revanche d'une manière ou d'une autres.
  Danman vint se placer à ses côtés.

  « J'veux pas dire capitaine, commenta-t-il, mais la naine dont vous vous êtes amouraché, là, elle a l'air sacrément casse-coui... »

  Il ne put terminer sa phrase car un crochet de son supérieur l'avait cueilli à l'arrière du crâne et expédié au tapis.
  Edern avait connu bien des naines dans sa vie, mais avait rarement ressenti cela pour l'une d'entre elles. Il avait envie de l'étriper et de l'embrasser en même temps. Bon sang, qu'elle était compliquée.
Il jeta un rapide coup d'œil à l'endroit où il avait laissé Morul, histoire de s'assurer qu'il n'était pas mort. Tiens, où était-il passé ?


_______________________


  « Je ne le fais jamais, mais là c'est une question de solidarité naine. Je vous offre une boisson. Aucun nain ne devrait avoir à subir ça dans sa vie. »
  Morul passa une main au dessus de sa bouche. « Bah, ça repoussera. » Il prit la bière que Tom lui tendait et la descendit quasiment d'une traite.
  - Je sais que c'est dur mais vous devriez tout couper », dit le tavernier avant de s'éloigner s'occuper d'autres clients.

  Qu'est ce que je suis devenu ? s'épouvanta Morul. Il repoussa un gros matou brun de la table et se servit un autre verre de vin. Bon sang, la moitié de la ville me déteste et l'autre a oublié qui j'étais. Je... Je ne peux pas tolérer ça. Morul possédait ce que l'on appelait une fierté par intérim. Pour se sentir bien, il avait besoin que les gens l'aiment et l'admirent. Il ne pouvait accepter d'être un paria.
  Bon, il fallait qu'il remonte dans l'estime de la population. Mais il s'était également juré de ne plus jouer les héros. Alors comment faire ? Hum. Il y avait bien un moyen, maintenant qu'il y pensait. Il n'avait qu'à faire ce qu'il avait toujours fait le mieux.
  Grnf. Morul grimpa tant bien que mal sur la table à laquelle il s'était assis. Puis il attrapa une assiette en fer qu'il cala entre ses dents, et la frappa vigoureusement d'une cuillère.

  « Fotre attenfion f'il vou... » Il cracha l'assiette. « Votre attention s'il vous plaît ! 
  - Ta gueule Morul, sale traître !
  - Laissez moi vous narrez... » Morul esquiva une tomate. « ...l'épopée incroyable - et disponible en plusieurs langues - de sept valeureux nains qui fondèrent cette cité il y a trois ans de cela !
  - Maman c'est qui le monsieur ?
  - Un simple troubadour mon poussin, mange ta bière.
  - Tout commença en l'an mille six cent quatre-vingt-huit, reprit Morul. Ils arrivèrent dans cette région, qui d'après leur carte devait être une toundra gelée ! Mais laissez moi vous présenter ces protagonistes ! D'abord, il y avait Chocolate Byime, le brave maire qui s'avérera cacher bien des secrets, puis Urist McTruman qui... »

_______________________


  À travers forêt. à travers champs, à travers marais. Par delà les montagnes et les déserts de glaces. La caravane ratifère avance, inexorable.   

_______________________


  « ... et c'est ainsi que le tyran fut chassé, et nous y voilà ! Toujours fiers, unis ! Buvant dans la même choppe ! Mes amis, l'épopée de Cornedebouc ! »

  Morul salua, et descendit de sa table sous les applaudissements du public, nains comme humains - comme félins. Il n'avait encore une fois que très légèrement embelli son rôle dans cette histoire, qu'il racontait désormais chaque jour à la taverne depuis déjà un mois, l'améliorant à chaque fois. Car voilà la réflexion qu'il s'était faite. Il n'avait pas besoin d'être un héros pour être considéré en tant que tel. Il avait juste besoin que les gens y croient. Après tout raconter des histoires avait toujours été ce qu'il faisait le mieux. Il répéterait ce conte autant de fois qu'il le faudrait jusqu'à ce qu'il soit gravé dans tous les crânes que Morul Dabblersausage était le héros que cette ville méritait.
  Il vit une bière se poser devant lui.

  « Je vous l'offre, fit une voix à l'accent étrange. Je salue toujours les talents de conteurs, et vous en avez un certain.
  Morul tourna la tête et dévisagea son interlocuteur. Un elfe rouquin au visage creux. « Nous ne nous sommes pas déjà vu quelque part ? 
  - Si, la première fois que je suis arrivé ici. Vous m'aviez expliqué pourquoi Cornedebouc s'appelait ainsi. Une histoire d'ingénieur et de catapulte, si je me souviens bien.
  - Je crois me rappeler de votre nom, en plus. Quelque chose comme Osvald.
  - Osman, corrigea l'elfe sèchement. Osman Bonsaffran.
  - Et que venez vous faire dans noter ville ? Ce n'est pas franchement la meilleure période pour faire du tourisme, au cas où vous auriez raté les éléphants géants devant l'entrée.
  - Je suis sur une mission importante. Mais qu'importe. En fait je viens vous voir parce que moi aussi je suis conteur. Et pas des moindres, l'un des meilleurs du monde connu ! Enfin, à la différence que mes histoires à moi sont parfaitement authentiques.
  - Bien entendu, fit Morul en levant les mains (enfin la main).
  - Mais laissez moi vous raconter tout depuis le début. Tout commence dans un petit village humain, je n'étais alors qu'un jeune barde rêvant d'aventure, loin d'imaginer que ma fougue me mènerait au plus profond des... »


Une histoire s'achève, une autre commence. Un trait propre aux conteurs depuis la nuit des temps...

Usul

Bon sang, je voulais me coucher tôt. jvhap 

Usul

CiterEt Bemehring fit s'abattre les Enfers sur Cornedebouc

Maintenant je suis curieux de voir comment tout cela va se terminer. jvhap

CiterIstam dégusta une autre cuillerée de soupe à l'oignon. Pile poil salée comme il le fallait. Rien à en redire, vraiment.  Pour sûr, c'était une bonne soupe à l'oignon.

Je suis content de voir que mon chapitre établissant qu'il vit la belle vie au Palais est autant respecté. Surtout que c'est le seul jvhap

CiterBoum.

Efficace.  stkperfectur

CiterElle se mit debout, et alla chercher les clés de la forge dans l'arrière-salle. Non sans prendre un poignard sur l'établi au passage.

Qu'avons-nous fait à cette pauvre naine ?

Citer« 'fin je sais pas je... » La naine sembla avoir soudain une idée. « Tu sais, dans le temps, les gentenains devait prouver leur honneur pour gagner le cœur d'une gentenaine. Accomplir un acte de bravoure, ce genre de truc. Tu n'es pas d'accord qu'il faut prouver sa valeur ?

Je vais t'avouer que je ne m'attendais pas à ça venant de Doren. jvhap

Citer- Bon, par pitié, file vite avant de déclencher un incident diplomatique.
  - Nope, pas avant que je n'ai accomplie ma tâche ici, désolé.

"Nope" ? McEdern est tellement motivé qu'il a visité le futur entre les deux scènes ou quoi ? jvhap

Citer- On en parlera à sa majorité, à cinquante-quatre ans ! »

Particularité d'Obseroche je présume. jvhap

CiterMiaou ?

C'était donc ça. Je valide. jvrire2

CiterDoren releva rapidement Ananugog qui décrivit un arc de cercle dans les airs et s'abattit furieusement sur le dos du nain. Son armure s'enfonça de plusieurs centimètres dans un bruit sourd

Doren qui frappe McEdern avec plus de violence que Bemehring l'a fait. jvbave

Et en tire une meilleure réputation en plus, le monde est injuste. jvhap

Très bon chapitre sinon, marrant quand il faut et bien écrit. J'aurais probablement des questions sur certains détails après l'avoir relu mais en attendant je ne regrette pas cette heure de sommeil en moins.

Kait

CiterJe vais t'avouer que je ne m'attendais pas à ça venant de Doren. jvhap

Peut-être que les choses ne sont pas telles qu'elles paraissent. jvhap

Citer"Nope" ? McEdern est tellement motivé qu'il a visité le futur entre les deux scènes ou quoi ? jvhap

Peut-être qu'il a juste couru tellement vite qu'il a rencontré Osman au passage. jvnoel

CiterDoren qui frappe McEdern avec plus de violence que Bemehring l'a fait. jvbave

Et en tire une meilleure réputation en plus, le monde est injuste. jvhap

Au moins elle c'est une naine bien d'chez nous, pas une de ces enculeurs d'éléphants, hein.
Spoiler: MontrerCacher
Ah oui non elle est Obserochoise. jvhap

Usul

Citation de: Kait le Fév 22, 2018, 10:36 amPeut-être qu'il a juste couru tellement vite qu'il a rencontré Osman au passage. jvnoel

C'est tout bonnement impossible, voyons. Ou alors seulement en sens inverse. jvhap

Citation de: Kait le Fév 22, 2018, 10:36 amAu moins elle c'est une naine bien d'chez nous, pas une de ces enculeurs d'éléphants, hein.

Décidément ce pauvre Bemehring est accusé de tout. Il devrait fonder un club avec Morul. jvhap

Ange_Pleureur

Doux Jésus ça devrait être interdit de poster des chapitres quand ma box déconne jvhap

Kait

Du coup j'en conclus que personne d'autre qu'Usul n'a encore lu ce chapitre ? jvnoel
C'est assez vexant. jvhap

Cody

J'avais lu le chapitre dès qu'il est sorti personnellement. jvhap

J'avais plein de choses à dire mais le système de citations d'ici me décourage de faire des posts aussi détaillés que sur l'ancien forum. De toute manière je suis d'accord avec Usul, encore un chapitre très bien écrit et juste assez drôle pour que ça soit pas chiant et que ça fasse avancer l'histoire je ne vise personne.
J'aime bien la prise de conscience de Morul qui semble sur la voie de la rédemption. Et la relation entre Doren et McEdern prend une tournure intéressante aussi. Même si pour Morul, je parie que quelqu'un va te faire des remarques sur le fait que ce soit amené d'une façon prétendument brutale je ne vise personne.

Aussi... j'aimerais savoir si cette partie sur l'économie est un troll ou bien si c'est canonique ? jvhap
"De la peine ? Je n'ai pas de peine. Tu n'imagines pas le calvaire que je vis. C'est comme si on m'éventrait jour après jour et que je perdais mes tripes sur les rochers. Je ne comprends pas qu'aucun de vous n'ait vu tout ce sang..."

Kait

CiterJ'avais lu le chapitre dès qu'il est sorti personnellement. jvhap

C'est pas très sympa de m'avoir laisser bider alors... jvhap

CiterMême si pour Morul, je parie que quelqu'un va te faire des remarques sur le fait que ce soit amené d'une façon prétendument brutale je ne vise personne.

Je pense pas, ça fait plusieurs chapitres qu'il en est question tout de même.

CiterAussi... j'aimerais savoir si cette partie sur l'économie est un troll ou bien si c'est canonique ? jvhap

Canonique. jvnoel

Usul

Alors autant j'étais d'accord avec certaines des critiques d'Alex autant là je ne pense pas que ce soit précipité. Ou alors on peut dire que c'est précipité parce que quelque part en amont un truc l'était mais c'est un peu tordu.

Par conséquent j'estime que le développement de personnage de Morul est bidon car sorti de nulle part et plagiant un autre personnage qui plus est.

Cody

CiterCanonique. jvnoel

Et merde, encore un truc en plus à gérer. jvhap
"De la peine ? Je n'ai pas de peine. Tu n'imagines pas le calvaire que je vis. C'est comme si on m'éventrait jour après jour et que je perdais mes tripes sur les rochers. Je ne comprends pas qu'aucun de vous n'ait vu tout ce sang..."

Kait

C'est horrible d'être obligé de prendre en compte les chapitres des autres hein ? jvnoel

Enfin, ce n'est pas si compliqué, regarde comment Usul s'occupe si bien du prisonnier gobelin que je lui ai confié

Usul

Pour le coup me reprocher de ne rien faire d'une situation basée sur le non-respect de la personnalité d'Istam est assez osé. C'est comme si tu reprochais à Alex de ne pas faire parler McTruman comme un gamin de dix ans. jvhap 

Kait

Tu fais bien de m'y faire penser Usul, il fallait justement que je lance une pétition demandant la non-canonicité de tous les chapitres de Truman parut après "La chute du gros con en noir". jvoui

Spoiler: MontrerCacher
J'ose, j'ose. jvnoel

Cody

CiterC'est horrible d'être obligé de prendre en compte les chapitres des autres hein ? jvnoel

Ho. Honnêtement je suis vexé. De manière générale, c'est pas moi qui mène la danse dans cette histoire. Je fais justement partie de ceux qui doivent s'adapter aux éléments introduits par les autres.

En l'occurrence ce qui me gêne vraiment c'est que :

1) Ça va encore contrarier les plans déjà assez denses que j'avais pour Kogan
2) J'ai aucune putain d'idée de comment je vais pouvoir raconter ça, franchement c'est assez surréaliste comme situation
Bonus) On peut pas me reprocher de rechigner à écrire moi-même un chapitre qui désavantage mon perso alors qu'il commençait justement à bien s'en sortir jvhap

Mais bon, ça arrivera pas avant quelques semaines par rapport à ce que je veux commencer par raconter, donc je vais me débrouiller.
"De la peine ? Je n'ai pas de peine. Tu n'imagines pas le calvaire que je vis. C'est comme si on m'éventrait jour après jour et que je perdais mes tripes sur les rochers. Je ne comprends pas qu'aucun de vous n'ait vu tout ce sang..."

En haut