Sep 21, 2019, 08:27 am

Nouvelles:

Rien.

[1/4 AAR] Choose your character.

Démarré par Notaproblem, Avr 24, 2018, 05:07 am

« précédent - suivant »
En bas

Zeropol

Citerdans un document Word

Ou dans un document open/libre office. Word n'existe pas et n'a jamais existé car son existence serait une insulte à l'humanité jvnon

Notaproblem

Mai 07, 2019, 02:30 am #256 Dernière édition: Mai 07, 2019, 03:03 am par Notaproblem
Chapitre 27 : (Elyseum) Insomnie, problèmes d'organiques et d'insectes.

Spoiler: MontrerCacher
Les lumières de la ville, irrégulières, agencées selon l'appartenance de leur groupe de propriétaire, défilaient devant son pare-brise. En temps normal, elles auraient servies de repaire temps/vitesse pour optimiser une trajectoire et rendre hommage à la technologie qui l'avait fascinée, quand elle était encore jeune. Technologie qui, maintenant, deux bon siècles bien tassés, continuait de la fasciner. Assez, en tout cas, pour lui faire apprécier de transmettre son savoir-faire a Kinetic.

Fin de la rue principale qui, autrefois, menait aux baraquements des Aquamarines. Bien que fatiguée et éméchée, elle ne l'était toutefois pas assez pour ne pas être en mesure de drifter. Mais elle avait réussi à convaincre son passager de remonter a bord de justesse, et elle ne voulait pas re-faire une heure de trajet a pied. Elle entreprit un prudent tournant. De là, elle pouvait apercevoir les résidences des espèces de gros chats-centaures, un peu comme celui qui s'était courageusement invité, a la fin de la campagne Rethell. Il y avait beaucoup, beaucoup d'espèces mineures, sur Malth, actuellement. Trop peu nombreuses pour être considérées comme réellement influentes dans l'éternel équilibre de forces qu'était l'ancienne Rébellion, désormais l'Axiome. Pas assez stupides pour suivre le chemin des Colonists, éternellement divisés. Eux avaient décidés de former un groupe hétéroclite... Dans un groupe hétéroclite. Et les voila, dans leur quartier revendiqué. Les baraquements des Aquamarines, donc.

S'engager dans la rue centrale. La décoration sobre, pointue et métallique des chats, posés en périphérie pour rechercher le calme, laissa place à un minimalisme propre aux Mambas. Peu basée sur la vue, une immense partie de leur décoration se basait sur la perception des composants, plus que sur leur aspect. Pour faire simple, ils se repéraient, et accordaient, de ce fait, une grande esthétique à l'odeur, ce que grand nombre d'espèces ne pouvant sentir les métaux ne comprenaient presque systématiquement jamais.

Rouler plus doucement. Les chats étaient imposants. Les Mambas, eux, étaient noirs sur fond de macadam noir. Peu d'entre eux aimaient traîner au sol, mais bon...


...prudence est mère de... Mère de... Mèèèère.... Merde. Putain de merde...

Elle pencha la tête vers son pare-brise, regardant si oui ou non les serpents avaient déjà tendus leurs passerelles en hauteur. Il fallait donc chercher des lianes camouflées en noir, sur fond de baraquements miteux en néo-acier noir et métalliques, de nuit.

L'idée fût vite abandonnée.

Quand elle y pensait. Aquamarines... Il y avait, somme toute, peu de planètes véritablement océaniques. Dans les rares utiles, les civilisations étaient rarement développées, et l'entretien des cheptels récupérés se révélait systématiquement cauchemardesque pour un usage... Compliqué. Dans les planètes continentales, les trésors à récupérer ne valaient que rarement les efforts déployés, et dans les rares cas où les Aquamarines avaient dû faire réellement usage de la force sur quelque-chose qui valait le coup, c'était également pour tous disparaître sans laisser de traces et ressortir des fosses de clonage, éternellement et sinistrement jamais affectés par les horreurs qu'ils avaient aperçus.

De son temps en tant que Centurion, Morgana avait très vite compris que les Aquamarines étaient la risée des Pariahs. Non, plus pragmatique : Se faire affecter dans ce corps de métier était l'équivalent d'une condamnation à mort. L'équivalent militaire de la mise au placard. Jamais de butin, jamais d'esclaves utiles, généralement des corps trop accoutumés à l'eau... Rien, rien, RIEN n'était utile dans leurs trouvailles.

Et pourtant, le jour où Ayaap avait repris un semblant de connaissance et de raison, la première chose qu'elle s'était empressé de lui... Révéler ? Hurler ? Balbutier ?

Enfin. Le premier échange fût celui de son double parfaitement identique, lui agrippant les bras et la secouant comme un prunier lui hurlant que les Pariahs n'étaient pas d'ici, ni d'ailleurs, et que c'était un cauchemar vide et sombre, et que c'était...


Ça a duré des heures. Elle ne s'arrêtait pas. Si j'avais su ça, j'aurais compris pourquoi les Aquamarines s'en branlaient de croiser des dieux sous-marins. Après tout, ce n'est pas leur univers. Donc ce n'étaient pas non-plus leur dieux, ja ? ...hmph. C'est si facile de se dédouaner d'un univers entier, comme ça... Si Ayaap n'était pas aussi envahissante et idéaliste, peut-être que cette gamine comprendrait que-

"RAARG !"

Un brusque coup de volant, un évitement de justesse, et voila qu'un hanneton bipède, illuminé par les phares, se roulait en boule et bondissait vers le bas-côté.

"Mais qu'est-ce qui vous prend ? C'est encore pour vérifier si je suis augure, c'est ça ?"

Crétin a la ramasse...

Passant outre sa pique intérieure, elle répondit a Kayte, qui dormait il n'y avait pas encore 5 secondes :

"Nan, j'ai failli percuter quelqu'un..."

Pas le choix, cependant. Les bonnes manières et la réputation à entretenir voulait qu'elle descende. Heureusement pour elle, le hanneton se montra quelque peu compréhensif, et avait assez de choses en tête pour vouloir lui-aussi partir au plus vite. Reprendre la route. Le manoir de Glastonlade n'était pas loin.

Elle le détestait. Il était enfermé très, très profondément, et sous des murs très, très épais, celui-là. Korvek pouvait encore comprendre. Le connard de Rethell pouvait comprendre. La plupart des types du Vide, ou les terriens qui avaient tenté leur farce la veille pouvaient comprendre, si la méthode y était. En tout cas, l'un des deux dans les sous-sols du manoir l'avait très vite compris...

Glastonlade, lui, ne pourrait jamais comprendre. Ce n'était qu'un animal. Un animal doué de conscience et capable de rationaliser ses actions dans le seul but de pouvoir étudier toujours plus de monde, mais un animal quand-même. Un vulgaire automate à vivisections et tests de réaction. Une machine à hurlements. Une horreur ayant malheureusement laissé son empreinte dans cet univers qui n'était pas le sien. Les rares choses qu'il avait inventé étaient toutes d'ordre "médicales". Le système de support crânien, capable de garder une tête en vie pendant des années sans le restant du corps, les implants de fonctionnement autonomes, capables de remplacer des organes, les méthodes de vivisections non-létales, demandant de retirer les organes un a un, puis de les brancher sur un réseau de câbles et de tuyauterie, permettant de tenir le sujet en vie, "entier", et capable de ressentir son corps, peu importe si toutes ses parties étaient réunis sur la même table... Ou dans 8 pièces différentes.

Quelqu'un d'indispensable, sur le marbre de l'histoire...

Au fond, le fait que Kayte n'ait aucunement cherché à poser de questions sur l'ancien propriétaire de son manoir la satisfaisait. Au moins, il y en avait un qui donnait tort au vivisecteur.


"Pourquoi vous rigolez, encore ?"

Heh. La question était bien mieux trouvée que ce qu'il ne pourrait jamais imaginer... Il fallait une réponse qui aille de pair ! Un truc dont il ne comprendrait jamais toute l'entièreté, sauf si il se repassait ce moment, des années plus tard... Chose qu'il ne ferait jamais, sûrement...

"Aujourd'hui... Ce Noël...  Et surtout votre ignorance, en fait, marque une grande victoire sur l'histoire !"

...j'aurais pu trouver mieux. Meh.

Elle regarda du coin de l'œil. Il resta là, incrédule, puis haussa les épaules, fit un doigt et retourna s'étaler sur le siège arrière.

Le restant de la traversée se fît sans embûches. Une demi-douzaine de quartiers d'espèces traversées plus tard, elle sortit du taudis des anciens losers aquatiques et vit se déployer, une troisième fois en deux jours, le manoir de l'animal.

L'alcool donnait un résultat intéressant. De loin, il donnait l'impression d'être une gueule béante, un espèce de monstre hurlant, à la manière de son créateur, tiens. Kayte ne le savait pas, mais le devant de la porte d'entrée, là, passée le grillage immense, présentait des aspérités particulières : Des crochets étaient reliés à des sorties d'aérations placées de manière symétrique de part et d'autre de la porte d'entrée.


"On est arrivés, 'faut descendre. Vous êtes sûr de vouloir dormir ici ? Y'a toujours de la place dans le palais, vous savez ? Sinon on a toujours un lit de prêt, chez Ayaap !"

"C'est bien gentil, mais entre dormir avec votre mentalement envahissant petit copain et les deux robots-"

CE NE SONT PAS DES ROB- Oh, et puis merde. J'ai pas la foi, ce soir...

...ça va se payer.

"-ou à proximité de drama-queen et votre anxieuse et oniriquement envahissante jumelle, je préfère dormir chez moi."

Sur ce point, cependant, elle se sentait encore la foi de défendre :

"Lui en voulez pas de-"

Il la coupa en plein milieu, déjà soûlé :

"De vouloir aider tout le monde, je vous rassure j'ai compris le tableau. Rien qu'à table, elle voulait toujours remplir les verres de tout le monde..."

Mh.

Elle s'approcha de la porte, non sans avoir, par instinct de survie, vérifié les alentours de ce dit portail sur l'enfer qu'était cette putain de porte. Quand elle était Centurion, elle avait eu le malheur de devoir passer devant cette porte.

Les crochets étaient gratifiés, chacun, d'un spécimen différent. Un pauvre type qui était accroché là, dans un état plus ou moins artistique, capable de survivre uniquement grâce à un tuyau de gavage et la chaleur du tuyau placé derrière lui, attendant le moment où le proprio irait se décider à changer la décoration.

Même vide, elle pouvait sentir la présence de martyrs imaginaires, la suivant tant bien que mal du regard. Même absents, ils empestaient le sentiment d'injustice, la colère et la déception.

Certes, elle torturait elle-même des gens.

Cependant, ça, c'était un tout autre niveau, bien au dessus de la simple torture. C'était tout simplement un massacre gratuit, sans cesse renouvelé, jamais interrompu. Un espèce de continuum froidement cauchemardesque qui donnait le ton et placardait l'ambiance du manoir.

Elle demanda, connaissant d'avance la réponse :


"Dites, Kayte ? Vous avez déjà visité les souterrains ?"

"Hah. Quand j'ai vu le cadeau sur la porte d'entrée... Ça m'a suffi, voyez-vous !"

Elle avait été surprise, d'ailleurs, de savoir que Kayte n'avait en aucun cas fait de remarque sur la décoration intérieure. Et puis elle avait demandé les souvenirs de Valéria à A-1, de manière strictement professionnelle. Un renseignement intéressant, un projet secret entraperçu, une conversation entre sujets de tests...

Rien. Dissections. Tests. Mappage intégral de l'anatomie de la Nagyari. Tests, tests, tests, tests, tests. Pouvait-elle survivre dans le noir absolu sans sa partie cérébrale gérant la distance ? Pouvait-elle rester consciente sans oreille interne ? Entière ? En morceaux ? Avec la tête sur un support ? Pouvait-elle être modifiée pour voir les sons ? Était-elle capable de vaincre un parasite plantée en elle via son Don ? Avait-elle besoin de ses bras, pour le lancer ? Ses cordes vocales ? Sans une partie de son cerveau ? Sans l'autre partie ? Peut-être que ça venait des yeux ? Un état d'esprit particulier ? Peut-être qu'elle ne pourrait pas le lancer, si elle était sous Null. Peut-être que la détresse de servir de porte d'entrée pendant plusieurs jours consécutifs changerait l'intensité de ce Don. Retirer son cœur de son torse, voir si il y a une quelconque trace ou changement lors du procédé ?

Ça venait peut-être de son alimentation. Pouvait-elle encore le lancer après avoir vu son intestin se faire dérouler-enrouler pendant une semaine complète pour vérifier son parcours nutritif ? Un mécanisme tirant son énergie des autres ? Pouvait-elle le lancer pendant que d'autres sujets hurlaient en discordance, créant une cacophonie empêchant la concentration ? Peut-être lié à l'Ego. Si ses yeux étaient sortis de leurs orbites et placés de manière à ce qu'elle fixe sa propre tête, peut-être ? Il cherchait quelque-chose, a savoir d'où ça venait, mais elle ne savait pas vraiment quoi. Apparemment, pour lui, les champs Zéro n'étaient pas assez. Il semblait vouloir remonter à la source, coûte que coûte.

Non, pour sa... "Participation envers la science du Psi", et quand-bien même elle ait détruit plus de vies qu'Invictus et elle-même réunies, Valéria avait déjà payé bien plus que ce qu'elle devait. Morgana n'avait pas voulu voir les souvenirs de Glastonlade. Mais ce qu'elle avait retenue de ceux de Valéria furent 30 ans. 30 ans de ce cauchemar.

Et elle n'avait jamais eu de Directeur...

Invictus n'avait pas hésité à la vendre à cet animal pour qu'elle-même puisse sortir sans rien devoir à personne. Et ça se sentait, qu'il n'était pas a l'aise. Toute la soirée, lui, le bruyant conquérant de milliers d'histoires hyperbolées n'avait presque jamais regardé l'ex-consort dans les yeux. Il avait a peine demandé pardon, et elle, de son côté... N'avait pas voulu relancer le sujet également. Finalement, Morgana, après avoir remarqué que Phyro se massait les tempes, avait mis fin à cette comédie. La réponse valait tout l'or du monde :


"Point de raisons de s'inquiéter. Ce n'était que des affaires. J'aurais agi pareill- Oh."
"J'ai fait la seule chose a faire ! La finalité aurait été bien pire pour vous t- Oh."

Finalement, il y aura eu un semblant de compréhension ce soir.

Sauf pour la Dox. Elle était perdue, elle. Et ça se voyait qu'elle faisait tous les efforts du monde pour passer pour familiarisée aux organiques. Ça se voyait également qu'elle était, néanmoins, toujours en plein dans ce creux pseudo-scientifique de la "Vallée dérangeante". Pas pour les raisons mentionnées par ce con de "Deep Blue", quand il lui avait expliquée pourquoi tout le monde sur Terre avait du mal avec elle lors du premier contact. Non, Elyseum... Trébuchait sur chaque erreur possible. Mais elle trébuchait avec confiance sur chaque erreur possible. Si Morgana devait faire une comparaison, ça serait aussi dérangeant que de voir un type se casser la gueule a répétition sur du bris de verre mais toujours sourire quel que soit le degré de ravage de son visage. C'était surtout le fait que la Dox ne semblait véritablement pas avoir conscience du retard qu'elle avait, dans ses interactions, qui la rendait dérangeante, plus que ses erreurs elles-mêmes. Elle comprenait un peu pourquoi Invictus l'avait fait sortir. Et surtout pourquoi il avait insisté pour qu'elle passe la nuit chez Ayaap.

Et y'avait toujours l'histoire d'Invictus, son fameux contact qu'il tenait tant à lui présenter... Non, les choses n'étaient décidément pas faciles, aujourd'hui.

Kayte se dirigea dans le manoir, vide comme jamais (et elle le comprenait), direction la seule pièce qu'il occupait pour aller comater dans son lit. Il se retourna soudainement, pour poser une question :


"...j'ose espérer que vous avez anticipé un lit, ce coup-ci ?"

Heureusement, chaton, lui, y avait pensé. Malheureusement pour lui, elle se sentait d'humeur à jouer avec lui tant qu'elle le pouvait encore, et c'est ainsi qu'elle lâcha, faussement déçue d'elle-même :

"Et merde..."

L'outremondien renifla bruyamment de frustration, et en levant les yeux au ciel, se résigna :

"Bon allez, c'est pas grave... Après tout, personne n'est parfait. Personne sauf moi, en tout cas. Puis bon, si vous me remboursez la vie que vous me devez en
testant ma patience comme ça, ça m'arrange, après-tout."

Quel magnifique symbole d'humilité qu'il fait !

Elle regrettait un peu la perte de faveurs. Mais soit, une faveur en moins contre le plaisir de savoir qu'il dormirait mal. Ça valait le coup ! Ça, c'était pour le doigt dans la voiture !

S'engager dans le hall. Monter les escaliers. Passer derrière l'odeur de carapa-


Attends une seconde... Les Seekers sont postés aux alentours du manoir, et non à l'intérieur. Et quand-bien même, je n'ai pas encore demandé à ce qu'ils soient en place ! J'ai, stupidement, remis ça a demain ! De plus... Quelqu'un empalé en guise de décoration ne sent la colère que lors des premières semaines ! Glastonlade pouvait les laisser des mois avant de les changer ! Non... Je ne me rappelle plus de ça...

Non. Nonononon. Je suis sûre de moi ! Quelqu'un au pilori depuis aussi longtemps devrait ne plus rien sentir du tout, sinon la résignation et deux-trois émanations de tristesse et d'ennui, de temps à autres. Rarement. Oh, je vais m'amuser a vérifier ça très vite, moi...

Ils viennent rendre justice eux-même ? Si eux s'y mettent, tout le monde va vouloir s'y mettre et ça en sera fini de mon foyer.

Je refuse. Si ils veulent tout foutre en l'air, ils comprendront pourquoi c'est MA justice qui prime !

Ok, donc j'ai franchi le hall d'entrée, et j'ai fait acte de présence dans toute l'aile centrale. Reste l'aile est, ouest, et les souterrains, ainsi que le rez-de-chaussé central et les jardins arrières. J'ai également parlé, ce qui veut dire que les intrus ici-présents savent mon identité. Avec de la chance, les murs auront retenu ma voix. Je ne parlais pas fort, et les murs sont particulièrement épais. Les portes sont toutes coupe-feu, et je n'ai parlé que dans le hall et les couloirs... Non, je suis sûre que personne ne doit savoir qui je suis. Si quelqu'un avait été dans la même pièce que moi, je l'aurais senti. Ce ne sont pas ces larves sans odeur...

Rester naturelle.

Rattraper Kayte.

L'attraper et le ramener en arrière, loin de la porte de son bureau qu'il s'apprêtait à ouvrir.

L'empêcher de hurler.

Lui chuchoter :


"On est pas seuls..."
Quelque-chose ne va pas ? jvhap

Notaproblem

Changelog: MontrerCacher
"Je dois... Vous remercier..."

C'était la seule chose qu'elle avait trouvé à dire, tandis qu'elle sentait lentement la vie s'en aller d'elle. Les abus, les tâches, le froid, l'obscurité... Tout ça n'allait bientôt plus avoir de sens. L'amalgame métallique devant elle, cependant, leva la tête, inexpressif :

"Me remercier ? Non, c'est moi qui vous remercie ! Jamais encore je n'avais eu de sujet si coopératif !"

Elle semblait chercher quelque-chose, dans ses entrailles. C'était la supposition faite à la va-vite, et ce à quoi l'action ressemblait. Le point principal était, surtout, que la porte de sortie n'était plus loin. Une porte grave, certes, mais une porte quand-même. L'Outremonde ne pouvait pas être si horrible, comparé à Malth... Le robot continua :

"Votre escapade à coûté, à écouter les ragots, une fortune en matériel d'entretien ! Ne faites-vous donc preuve d'aucune intelligence ? Vous avez frôlé les dégâts irréparables de toutes les manières possibles ! Heureusement, j'en ai vu d'autres ! J'ai encore le temps de-"

Le temps ? De quoi ?

"Que faites-vous, au juste ?"

Le monstre métallique la regarda, avec, semblerait-il, une incrédulité rare dans le regard :

"J'essaie de vous réparer, enfin ! Je n'ai pas tout compris, et je chercherais à vous comprendre après ! L'important étant que vous ne mourriez pas ! Qu'est -ce qui vous a pris ?"

Avec toutes les machines- Toute l'anarchie- La désorganisation dont faisait preuve cette horreur avec ses entrailles ! Elle avait crue qu'elle cherchait à la disséquer ! Elle avait crue que-

Non ! NON ! C'était pas ce qu'elle voulait ! Elle pouvait encore tromper le- Une idée ! Vite ! Une idée !

Détourner l'attention.


"Savez-vous ce que c'est, de rentrer un jour chez soi, et de se faire accueillir par son fils et son mari ?"

Entre deux moments d'hésitation sur quel organe allait où, la robot lui répondit, visiblement distraite :

"Je n'ai aucune idée de ce que vous raconter. Qu'est-ce qu'un fils ? C'est quelque-part là-dedans ?"

Stupide, stupide, stupide tas de ferraille...

"Vous ne comprendriez pas. Mais j'ai très bien compris, ce jour-là. Jamais ils n'auraient pu agir de la sorte. Jamais. Ce n'était plus ma famille."

Elle voyait encore le sourire dessiné sur les visages des deux. Ce sourire, comme celui d'un cadeau improvisé. Celui d'une surprise de taille. L'équivalent du café offert pour l'achat d'une voiture.

"Un café..."

Le robot leva encore la tête :

"Un café ? Je ne peux pas vous en apporter, les plantes terriennes ne peuvent pas pousser, ici ! En plus, vous ne pourriez pas le digérer, dans votre état ! Je suis surprise que-"

Elle détourna la tête en direction de l'intestin ravagé par la soude de nettoyage, ingurgitée plus tôt dans la journée. C'était le moment ! Son propre cœur était à portée de bras !

Elle tendit le bras. Agrippa l'organe qui continuait, contre toute raison, à battre. La douleur lançait. Les pics, à chaque battement, résonnaient jusque dans son crâne, lui infligeant un insupportable vertige par à-coups.


Le tas de ferraille se retourna inhumainement vite. Par chance, elle ne comprit pas tout de suite :

"Vous allez bien ? Une rechute ? Peut-être-"

FAIRE TAIRE CE CŒUR ! QU'IL CESSE DE BATTRE ! LE TORDRE DANS TOUS LES SENS ! LUI PROUVER QUE LA DOULEUR NE SUFFISAIT PAS A SE DÉFENDRE !

"MAIS QUE FAITES-VOUS !?"

INUTILE ! ELLE N'ARRIVAIT PAS A LE DÉCHIRER ! CE MAUDIT APPAREIL FIXÉ DESSUS SEMBLAIT LE FAIRE TENIR CONTRE TOUTE ATTENTE !

Mais il lui restait encore une solution ! Arracher les veines ! Lancer cet horrible chose loin de là !


"MAIS QU'EST-CE QUE VOUS- VOUS ALLEZ MOURIR ! POURQUOI VOUS FAITES-"

Le monde commençait à virer au flou, tandis que l'organe sectionné continuait sa course vers le fond de la salle. Le robot, elle, avait sauté, comme un chien après une balle, toujours hystérique :

"JE PEUX ENCORE VOUS SAUVER ! POURQUOI AVEZ VOUS-"

De l'autre côté de la porte, une nouvelle paire de voix retentit :

"C'est quoi, ce raffut ? Gjarl, t'as entendu ?"

"On dirait-"

Le robot tomba lourdement au sol, l'organe dans sa main. Elle était devenu silencieuse. Le loquet de la porte émit le bruit d'un accès refusé par verrouillage. La voix ne découragea pas longtemps :

"A trois. Un ! Deux ! Trois !"

Trop tard, Marines. Trop tard...

La porte céda facilement, révélant deux armures de patrouille standard, et des fusils électriques Delekton. Le modèle utilisé dans la suppression des récalcitrants. Fait pour désespérément laisser en vie. Tout Marine qu'il était, il ne garda pas sa discipline longtemps :


"Par l'empereur mais-"

Son collègue reprit aussi tôt le commandement :

"PC ! PC ! ON A RETROUVÉ LA DOX ! ELLE EST DEVANT NOUS, SOUS LES VIEUX SILOS DE DROGUES POUR INSECTES !"

Le robot répondit, tandis que la mort se faisait attendre bien longuement :

"Attendez ! Je peux tout expliquer ! Elle vient de- Je croyais que-"

"TIRE, GORNAH !"


Une lumière aveuglante. C'était la fin ?

Oui, c'était la-


"WOW WOW HÉ HÉ HÉ !"

Elle se tourna, en panique, vers la source de la protestation : C'était le Phyro, qui cherchait à récupérer son équilibre sur sa mince partie du canapé, et commençait, déséquilibré par quelque-chose, à-

A se casser lourdement la gueule au sol, sous les ricanements d'Invictus.

Emportant la table avec lui, qui profita de l'impact pour sauter sur lui et lui déverser toute la vaisselle dont elle disposait dans un fracas du diable.
Quelque-chose ne va pas ? jvhap

Notaproblem

Il resta au sol pendant quelques secondes, recouvert d'assiettes et de couverts. Puis commença à pousser un gémissement de détresse :

"Je veux pluuus dormir sur ce canapééé..."

Elyseum profita de son réveil pour vérifier qui elle était réellement. Un rapide examen au toucher lui rappela qu'elle était bien elle-même, toujours sous l'apparence de la sanguinaar, et non...

Quelle horreur... Je voulais juste que-

"Je suis désolée, Phyro. Je ne cherchais pas à vous envoyer au sol..."

Il répondit, entre deux grognements de douleur :

"J'ai cru comprendre..."

Un bruit, a l'étage, attira son attention. Elle arma ses capteurs sonores. C'était bien la Nagyari qu'elle avait de nombreuses fois vue chez Glastonlade, et le double qui lui avait filé ces maudits "cauchemars". En discussion. Ayaap tentait apparemment de se justifier :

"Il a dû se faire mal ! Laissez-moi au moins vérifier ! Il a peut-être besoin d'aide !"

L'autre, semblant déjà avoir pré-calculé une réfutation, laissa traîner un long silence avant de répondre d'une voix fatiguée :

"Que diable craignez-vous donc ? Si une bête table et ses fournitures étaient capables de venir a bout du Phyro, soyez assurée que je vous aurais larguée toute la vaisselle de tous les nobles de mon ancienne cour pour mettre fin à votre menace... Maintenant, rallongez-vous. Considérez cela comme votre premier exercice : Laissez Phyro venir a bout de quelques assiettes. Par lui-même."

Il était vrai que c'était sa faute si l'humain avait fini propulsé au sol. Comment pouvait-elle y remédier... En se faisant discrète, probablement ?

Quoi que quand elle-même était tombée au sol, dans la salle du personnel, un des organiques l'avait relevée pour la remettre sur sa chaise. Ça avait été la première fois que quelque-chose du genre lui était arrivée. Et d'ailleurs...


"Ne bougez pas, je vais vous aider."

Ce qu'elle entreprit, sous le bruit des assiettes qui partaient sur le bas-côté, le regard d'Invictus qui s'esclaffait et de nouvelles protestations du Phyro qui trouvait ça :

"Aaah ! Mon bras ! Trop brutal, trop bruuu-"

Retour au sol, de nouveau dans les assiettes. Il avait fait un faux-mouvement, et elle avait perdu sa prise.

Invictus, lui, était mort de rire. Phyro gémissait de plus belle. Il fallait réagit :


"Je suis parfaitement désolée et confuse, je ne comprends pas ! J'ai voulu vous aider à vous relever et... Je ne comprends pas !"

Une nouvelle crise de rire du Dox-Commander n'arrangea rien à sa confusion. Y'avait-il quelque-chose qu'elle faisait mal ? Comment pouvait-elle échouer ?

Ce fût Invictus qui se décida à mettre fin à la confusion :


"Il faut que tu saches que ce gland-là dispose encore de son système de nerfs, et que tu as manqué de lui arracher le bas en le prenant. Si tu veux relever quelqu'un, passe par la taille. La grande majorité des organiques n'aiment pas avoir mal. Ça leur rappelle qu'ils peuvent mourir."

Oh. Le rêve partait dans ce sens... Je comprends.

"...prends en compte que ce truc partage avec la seigneuresse le grave défaut d'avoir besoin d'une heure pour carburer le matin, si tu l'aides pas, il restera là pendant un long moment ! Une preuve supplémentaire que le métallique l'emporte a nouveau !"

Ooooh...

Il ne fallût pas bien longtemps pour ranger la table et remettre l'organique sur le canapé. Celui-ci réinstallé, il reprit son action de dormir, la tête enfoncée dans le creux de la Dox. La première fois l'avait assez surprise pour qu'elle en demande la raison, qui, d'après l'organique était :

"Championne est partie ramener Kayte et j'avais pas envie de foutre les pieds dans le manoir de l'autre taré et trésor dort a l'étage avec son coach- Ta mère, meuf, l'illusion semble assez convaincante pour me convaincre que je suis pas laissé sur le carreau alors fous-moi la paix..."

Ça devait vouloir dire un truc. Probablement. Le fait qu'Invictus ait rigolé a ce moment-là voulait certainement dire que ça signifiait quelque-chose. La réaction de Phyro l'avait confirmé :

"Gros, t'es un horrible ami..."

"Et toi un supérieur merveilleux !"

Retour dans le présent. Le vent s'était levé, dehors. Comment les prêtres pouvaient encore monter la garde, comme ça ? Son rêve la préoccupait. Elle essayait de comprendre. Elle essayait vraiment. Elle avait dû rater quelque-chose. Mais pourtant, qu'est-ce qu'elle avait pu rater ? Elle était dans la peau de l'organique ! Elle se rappelait même très bien de ce jour-là ! Elle-même avait été abattue, et la seconde chose qu'elle se souvienne fût une veille prolongée et anxiogène suivi d'une réactivation devant-

"Devant moi, ouais."

Elle tourna la tête vers l'origine du bruit. Il était toujours fourré dans son épaule. Et il était vrai qu'il savait lire les pensées... Phyro continua :

"En vrai j'ai juste suivi la fin de ton rêve. Euh... T'as ça tous les soirs ?"

Assez malheureusement. A chaque rechargement ou veille prolongée, ça revenait...

"...courtoisie de votre "trésor"..."

"Ouais, je sais. Je sais aussi que t'entrepris je cite "De la noyer dans une cuve d'alcool", donc étrangement, je peux pas vraiment la mettre en blâme."

Oui, elle se rappelait très bien ce moment. Mais cet organique comprenait-il bien qu'il était en train de prononcer ces paroles en étant précisément collé à elle ?

Il avait une réponse :


"Balek'. J'aurais eu un doute si t'avais pas commencé a réfléchir à ces rêves, mais là, je sens bien que tu voudras jamais essayer."

Eeeeet... C'était vrai. Elle se contenta de rester muette. Phyro continua :

"Bon, traînons pas en longueur. Ton rêve, tu veux savoir quoi ?"

La vérité, principalement. A commencer par :

"Je voulais la garder en vie. Pourquoi ne voulait-elle pas rester en vie ? J'ai jamais cherché à lui faire du mal. Je voulais juste la garder en vie, et la ramener dans son enclos. Pourquoi elle a fait ça ?"

Phyro leva la tête, avec un sourire en coin :

"Heh. C'est marrant, je trouve que l'illusion devient de plus en plus réelle..."

"Si elle avait la moindre idée de quoi tu parlais..."

Elle avait réellement l'impression qu'ils se moquaient d'elle :

"De quoi parle-t'il ?"

Phyro répondit après avoir balayé erratiquement une grande partie du mur autour d'elle :

"De euh, de tes rêves, donc. Essaie, euh... Comment je vais m'y prendre moi... Ah bah si. Imagine si jamais on te lâchait sur une planète totalement vide, sans personne, et qu'on te laissait de quoi vivre dessus ?"

"VOUS NE FERIEZ JAMAIS ÇA ?"

Il menaça de tomber de nouveau, et s'agrippa à elle pour éviter sa chute. Le poids de la Dox l'empêcha de suivre l'organique dans son momentum, mais elle voulait qu'il s'éloigne ! Il était effrayant ! Sa suggestion était effrayante ! Elle ne voulait pas envisager cette éventualité !

Il continua malgré-tout :


"Du calme, du calme... Je pense que t'as ta réponse. Tu ferais quoi, si t'étais dans ce cas sans le moindre espoir de partir ?"

Ma réponse ? Mais en quoi une situation aussi cauchemardesque me donne un semblant de réponse ? Qu'est-ce que je ferais, dans une situation pareille ?

Hm...

Oh !

"...oh."

"C'était rapide ! Je me disais bien que tu servirais à quelque-chose !"

Elle avait encore son mot à dire :

"Attendez. Je n'ai pas tout compris. Le principal, je pense, y est. Mais ça ne pouvait pas être que ça. En quoi sa situation était équivalente à celle que vous m'avez suggérée ?"

Phyro fronça les sourcils deux secondes. Invictus dit sobrement :

"Un peu tout le monde, mais... Deadlock et Kinetic."

L'organique reprit presque du tac au tac :

"Ouais voila. Imagine si un jour tu voyais Deadlock et Kinetic t'empoigner et te vendre en tant qu'automaton au premier groupe d'organiques venu ?"

Elle répondit assez rapidement :

"C'est insensé ! Pourquoi auraient-ils ce changement soudain, et qui croira que je ne suis qu'un automaton ?"

"Y'en a qui ont pas besoin de preuves, pour croire de genre de trucs. Et pour le "changement"... Dis-toi que ton organique l'a bien vécu, elle."

Non. Les rêves s'étaient forcément plantés. Et même ses souvenirs ne lui semblaient pas si... Collaborateurs. Elle avait dû mal le voir, il devait y avoir autre chose. Ça ne tenait pas la route ! Elle ne pouvait pas s'être trompée aussi violemment !

"Ça ne rime à rien ! Je refuse de croire à cette version ! Il doit y avoir autre chose ! J'ai dû rater un détail ! J'ai forcément raté un détail !"

L'organique ne broncha pas. Ce fût Invictus qui répondit à sa place :

"C'est toi qui vois."

Elle commença a réfléchir à toutes les éventualités. Elle cherchait une autre raison. Il devait y avoir une réelle raison. Une qui tenait la route. Elle se remémora la scène, une fois de plus. Commença à chercher des détails qui lui aurait échappé. Alors qu'elle était en pleine réflexion, Elle sentit soudainement une pression sur son épaule droite. Elle se figea, espérant comprendre ce qui se passait : Un coup de caméra sur son épaule lui fit comprendre que c'était une main. Un coup à gauche lui dit comprendre que c'était bien rattaché à l'organique. Soudainement, la main se mit à passer un peu par dessus son épaule et commença a gratter le creux.

Mais qu'est-ce qu'il faisait ?

Il répondit rapidement, se figeant sur place :


"Oh euh, je... T'étais prostrée, et tu ressemblais trait pour trait à trésor, a culpabiliser sur ça, donc euh... Réflexe. Je pense."

Oh, c'était donc une manière d'être gentil. Je vois.

Autant être curieuse. Le dîner lui avait appris deux-trois trucs : Le premier, c'est que cet organique-là savait cuisiner la nourriture Dox. La deuxième, c'est que les organiques passaient leur temps libre bruyamment. La troisième était qu'elle était, désormais, et sous un prétexte peu compris, l'heureuse propriétaire d'un masque en porcelaine cachant uniquement le contour des caméras, et constellé de losanges bariolés de part en part, sauf le quart extérieure à droite qui était bleue foncée et semblait représenter une fracture ou un impact de projectile a travers le carrelage de losanges. Ça aussi, elle n'avait pas compris.

Invictus avait reçu une bannière terrienne, et Phyro, lui, avait passé la soirée à jouer avec un doigt en plastique frappé du logo de Phobos.

Enfin. Pour l'instant, elle s'était juste détendue, et avait laissé faire le cambrien. Ou terrien, elle n'en savait trop rien.


"Gardien."

"Est-ce un empire ?"

Il ne répondit pas immédiatement, et se contenta de dire, après un ricanement d'Invictus :

"C'est mon monde, en tout cas."

"...mh."

La main du gardien était passé de son épaule a la base du cou. Elle grattait a peine, et remuait davantage le pelage que réellement chercher à déclencher une réaction au niveau de l'épiderme.

C'est incongru, mais reposant. Je garderai ce tour-là en tête.

Elle éteignit ses caméras, se concentrant sur la sensation. La manœuvre, apparemment, consister à manipuler une partie vulnérable des organiques (actuellement, donc, le cou) à des fins de démonstration de confiance et comme preuve de sécurité. Ça devait, selon son hypothèse, permettre de supprimer plus rapidement le stade de la méfiance inter-organiques. C'était bon a prendre.

La voix de l'humain finit par la réveiller, tandis qu'il demandait :


"Dis, comment ça marche, ton déguisement ?"

"Oh, ça ? Je ne sais pas. Ma Da- Morgana m'a dit, après m'avoir examinée, qu'apparemment j'étais dotée de centaines de micro-poches de transmatière capables d'interagir avec mon processeur central. Je n'ai qu'a penser à un déguisement, et la seconde d'après je suis cette personne."

"...et si tu penses à quelque-chose que tu ne connais pas ? Ou a un objet inanimé ?"

"J'ai déjà essayé. Ça ne marche pas sur tout ce qui n'est pas, euh... Comment dites-vous, déjà... Féminin. Les objets, les organiques éligibles à la prise de contrôle Pariah, les plantes, les formes abstraites... Il me faut avoir vu un spécimen, pour pouvoir m'en approprier l'identité."

L'autre main poussa doucement son épaule droite, déjà occupée à supporter le bras la grattant. Elle ralluma une caméra.

...depuis combien de temps était-elle affalée sur cet organique ?

A peine eu le temps de dire quoi que ce soit, que Phyro prenait la parole :


"J'demande parce-que t'as pas le marquage sur le dos, et pourtant je vois les cicatrices de quand des éclats ressortent. Ça m'étonnait, alors..."

Sa position ne semblait pas le déranger. C'était une bonne chose. Au moins, elle n'avait pas gaffé, apparemment. Elle se contenta de demander, machinalement :

"Mmh-mmh. J'ignorais qu'elle avait été marquée, elle aussi. Je savais pour la Dame, mais j'étais plus occupée par les cicatrices de la prêtresse... Je n'ai pas regardé son dos, sur Phobos... Les deux doivent avoir le même numéro. Lors de la création de votre emblème, elle avait pris en photo le symbole de propriété. Il était évident qu'elle ne le sortait pas de nulle-part... Si c'est elle qui est sortie du corps de ma Dame, je dirais... 12-20, je suppose ? Quelque-chose dans cette fourchette, en tout cas..."

Il mit un temps, avant de répondre. Finalement, il se décida :

"...04-8. A-52-04-8."

Tiens ? Singulier ! 4 ? Elle ? Non, les 4 étaient généralement des gens serviles et dénuées de courage au possible ! Non, il devait y avoir une erreur ! Une 4 ? Vraiment ? Elle n'était pourtant pas du goût de nombre de Pariah, coûtait trop de temps à l'entretien... Qu'avait dit Tectonic, a la réunion... Quelque-chose qui allait dans ce sens, en tout cas. La Dame, dans un enclos d'élevage ? Ou en courtisane d'un Consul ? Quel Consul débile l'aurait voulue ? Aucun Conspirator ne l'aurait accepté ! Non, pire : Un Conspirator l'ayant reçue sous cette marque aurait fait exécuter l'expéditeur du cadeau !

"Calme-toi bien, par contre ! Tu parles de ma meuf', là ! Je veux bien admettre que j'ai des goûts notoirement de merde dans a peu près tous les domaines, mais là j'suis pas d'accord !"

Il était toujours vrai qu'il était télépathe. Elle répondit :


"Phyro, vous n'êtes pas dénué de logique. Vous connaissez la logique d'un Pariah mieux que la plupart des organiques que j'ai rencontrés jusqu'à présent, et vous l'avez prouvé à table, ce soir. Outre le fait que vous semblez aimer plaisanter de sujets qui provoquent dissensions a longueur de journée dans mes laboratoires... Admettez que son marquage est erroné ! J'ai du mal à l'imaginer avec cette dénomination ! Et puis... 4 à 8 ans... Étant une mammifère (de plus une sanguinaar, ce qui aggrave le manque de logique), je suis certaine que son système de reproduction n'était pas term-"

"Changeons de sujet. Par exemple : J'ai vu comment fonctionnait votre déguisement, quand vous avez rajouté le marquage. C'est bien foutu, en vrai ! Ça me rappelle les caméléons, sur Terre !"

Invictus en profita pour donner des précisions, se redressant le temps de devoir parler :

"Phyro n'aime pas parler de reproduction. Trop de visites d'enclos de transit et de centres de rééducation, et pour achever le tout, Morgana n'est pas tendre quand il s'agit-"

Le concerné coupa une fois de plus la parole :

"Putain les mecs, genre vraiment ! Parlez d'autre-chose !"

"-de ses périodes, et spécialement quand ça a été sa première fois !"

Le Gardien semblait avoir abandonné la lutte et se contenta d'inspirer pour souffler du nez bruyamment. Elyseum, elle, continua joyeusement sur ce sujet :
"Oui ! Je suis familière avec cette espèce-là ! Je connais les effets d'un manque de contact, en cas de chaleurs ! Je connais aussi le taux d'accidents domestiques, en cas d'oubli de la part des propriétaires et de précautions d'usage non suivies, et c'est pour ça que je ne comprenais pas pourquoi elle a été désignée 4 alors que son espèce demande des entraves solides en cas d'oubli ou de privation ! Il y avait plus simple, vraiment ! Certains plantoïdes sont beaucoup plus efficaces, pour les enclos d'élevage, avec leurs spores ! Pour être honnête, je préférais encore être en végétoïde ou en fongique plutôt qu'en organique ! Les processus de reproduction sont compliqués, longs et les Marines ne facilitaient pas les choses..."

Phyro, de son côté, serrait la Dox plus fort qu'a l'origine. Elle lui demanda :

"Qu'est-ce qui donc vous dérange tant, avec ce sujet ? Je le trouve non pas passionnant, mais néanmoins utile ! Vous ne trouvez pas ?"
Quelque-chose ne va pas ? jvhap

Notaproblem

Nouveau ricanement d'Invictus, tandis que l'humain répondait :

"Depuis que vous en parlez, j'arrête pas de voir les images des exemples que vous mentionnez. Que ce soit des inconnues au pif' ou des parasités qui n'ont pas encore laissé totalement place au Pariah qui en prend le contrôle... J'ai encore les sensations des gars en tête. Tout ça, ça a changé une seule fois. Quand j'ai vu Morg' pour la première fois, dans les chiottes, y'a longtemps... J'ai senti que c'était un Pariah qui était a l'agonie, pour changer. Je me suis dit "Je veux comprendre. Je veux trouver comment refaire ça". Et je..."

Il se doutait qu'il disait quelque-chose d'intéressant ? Elle le laissa continuer :

"...j'avais ramené Morg' pour ça, a la base. Je voulais savoir si j'avais raison et si il était possible de résister naturellement, ou si c'était juste une anomalie sans conséquences. Rajoutez à ça que c'est pas tous les jours qu'un Pariah se trompe de cible à parasiter... Et en fait... Je me suis trompé. Je m'étais trompé, elle était juste une anomalie. Une expérience ratée. Un essai foutu en l'air. Presque concluant, mais pas assez. J'étais encore jeune, a l'époque, et j'ai rapidement dégagé le Pariah en question. Le même que Deuterium a vu, et que vous avez passé à votre réunion et dont vous avez parlé à table quand trésor est partie se reposer. Je me rappelle surtout de lui quand je l'ai viré. Il avait fait une combustion, également. Mais il avait pris l'apparence d'un espèce de démon enflammé, et ça n'a pas vraiment pris. Il a ravagé la pièce et s'est tué par manque de comburant, figurez-vous. Enfin, quand elle s'est réveillée, j'ai vite compris que c'était juste une alien, quoi. Pas un remède miracle ou quoi que ce soit, mais un gent. Et là, tu vois, j'ai fait comme toi, Ely' : J'ai creusé sans savoir où j'allais. Et a force de l'écouter, et de passer du temps avec elle... J'ai compris trop tard que je l'appréciais. Donc je lui ai demandé si elle voulait être mon binôme. Puis là aussi, j'ai compris trop tard que je pouvais plus m'en passer. Donc ELLE m'a demandé d'être... De sa portée. Ou, comme dit sur Terre, son mari. Et là, j'ai fini par comprendre, quand elle a commencé à merder, que j'étais réellement amoureux, en fait. Et pour n'importe qui d'autre, je lui aurai fait des sommations et tiré une balle."

Noter des mots-clés : Creuser sans savoir. C'était faux, elle savait ce qu'elle cherchait. Écouter les gens. C'était vrai, les organiques ne disaient pas forcément que des stupidités ou des évidences. Passer du temps avec eux. Elle ne voyait pas vraiment pourquoi, mais ça avait l'air d'avoir changé quelque-chose pour le télépathe, en tout cas. Ne pas pouvoir se passer de quelqu'un était encore compréhensible, mais "amoureux"... Les organiques du laboratoire en parlaient, des fois. Apparemment, avoir une progéniture engendrait une stabilité des fréquentations. Phyro, lui, n'avait pas de progéniture. Elle ne comprenait pas bien comment il avait pu rater cette étape, en réalité. Tirer une balle. C'était stupide, si quelqu'un agit mal, une sanction s'impose. Enfin, laissons-le continuer :

"Mais pas pour elle. Et j'ai essayé autre chose. J'ai essayé de lui faire voir les choses de ma façon. Et ça a à peu près marché. Je suis pas fier de certains passages, mais j'ai pris plus de temps pour elle que j'accepterai d'en prendre pour beaucoup, BEAUCOUP de personnes, actuellement. Rien que Teragg', là. J'ai vite lâché l'affaire. J'aurais pu faire un truc, le faire changer d'avis... Mais je l'ai laissé décider, quand-bien même ça lui a pas réussi, au srab'. Mais Morg'... Elle, j'ai pas eu le cœur de la laisser se décider sur cette voie-là."

Il secoua un peu l'épaule de la Dox. Et continua son histoire :

"Et quand j'ai appris qu'on s'était fait set-up... Et que j'ai pas réussi à la joindre, j'ai cherché partout. J'ai fouillé les moindres recoins de la Terre, avant d'apprendre que le croiseur avec elle a bord était déjà parti. Et là... J'ai compris que je venais de perdre tout ce qui faisait mon univers. Et je pouvais pas laisser faire ça. Tu vois, quand Sanguinaris a finie dans son soleil, n'importe-qui aurait voulu arrêter les frais. N'importe qui aurait dit "Voila ce qui arrive quand on tente de faire le malin, quand on sait pas lâcher prise". On voulait juste aider les autres. Je voulais juste aider les autres. Et pour ça, c'est championne qui  a perdue tout son univers à elle. En vrai, elle l'a autant mal pris que trésor, à ce moment-là, même si ça a été trésor qui l'a le plus exprimé. Championne, elle, voulait juste couper les frais là. Arrêter de lutter. Accepter le fait que son rêve de tout voir réglé et revenir a une époque révolue n'était qu'un rêve."

Il souriait étrangement, en regardant Elyseum. Rigola, et reprit :

"Mais moi, j'osais pas y croire. J'étais pas prêt à voir la seule personne qui arrivait a rester gentille avec moi contre vents et marées disparaître. Et finalement, en fait... Ça a été trésor qui a eue une mauvaise décision. Championne savait qu'elle allait rendre ma vie misérable, si elle restait avec moi. Même si elle voulait pas l'admettre, ça l'emmerdait de savoir qu'elle allait être la cause de misère. Mais trésor voulait pas mourir. Elle refusait de savoir que les Pariahs continueraient à casser des planètes, comme ça. Et, surtout, elle a refusé de me laisser sans aide. Et elle a foncé dans le Colony Ship, sans réfléchir. Et ça a été qu'une fois que la planète s'est retrouvée détruite qu'elle a compris que ça nous dépassait tous. Et là... Elle a vraiment eue peur."

Il s'était mis a regarder le sol, en continuant. Il semblait prêt à pleurer :

"J'ai... J'ai été pitoyable, ce jour-là. J'ai pas fait exprès, mais... J'ai fait un espèce de chantage affectif comme la dernière des merdes. J'ai pas réfléchi, en fait. Je voulais juste pas y croire moi-même. Je trouvais ça pas juste d'avoir tout fait pour en arriver là, pour tout perdre parce-qu'on avait bien agi. Je voulais... Je voulais juste que quelque-chose aille dans mon sens, pour une fois. C'était... Une espèce de conclusion morbide, après une vie a lutter contre précisément cette conclusion-là. Tout ceux que j'aidais étaient là "Ouais, on vous remercie, on sait pas ce qui serait arrivé, sans vous...", mais moi, qui allait me sauver ? Personne. Moi, j'allais avoir l'aide de personne, tout perdre, et devoir continuer a aider les autres en demandant rien a personne. Et je voulais pas, ça. Et sans le vouloir, j'me suis retrouvé a devenir un parfait enculé, l'espace d'une seconde, pour faire culpabiliser trésor. C'était bas. C'était très bas."

Il renifla un coup. Mais... Mais il pleurait vraiment, l'organique ! C'était insensé ! Il n'y avait rien qui justifiait une telle réaction, pourtant ! Et il ne s'arrêtait plus :

"Et quand trésor l'a remarqué... Elle a refusé de vouloir le comprendre. Elle a refusé de croire que j'étais rendu à ce niveau-là. Mais elle voulait rien dire. Ça a été Morgana qui m'a demandé de la suivre dans une cellule sordide au fond du vaisseau colonie, et qui a poussé trésor à dire ce qui lui pesait sur le cœur. Et moi... J'étais malade. Je me détestais. Elle était en larmes, et c'était ma putain de faute. Mais pire que ça : Au fond d'elle, y'avait une voix enragée. Une partie d'elle, hors d'elle, écumante de rage, qui hurlait "T'es une merde, Phyro. T'es une merde. Regarde-là. Elle est misérable. Elle est misérable, et elle le regrette même pas, et tout ça a cause de toi. Si tu oses lâcher celle qui t'a suivi jusqu'au bout de l'apocalypse, je vais te retrouver, et je vais t'arracher tout ce que tu peux encore avoir d'important à tes yeux". Et je me suis juré que j'allais pas rester une merde comme ça. Quand j'ai eu le choix de lâcher prise... J'ai passé le point de non-retour. J'ai vu plus grand. Et ça a pas été facile tous les jours. D'abord quand Morgana a commencé à écumer de plus en plus de rage, et qu'Ayaap commençait a devenir de plus en plus désillusionnée, et... Mais j'ai réussi à tenir ma promesse."

Invictus semblait sur les nerfs. Le Phyro, lui, était devenu silencieux. Finalement, il finit par conclure :

"Mais le bouquet final, quand la Terre a tout foutu en l'air... J'ai là-aussi refusé de lâcher prise. Parce qu'a un moment, un organique perdu dans l'univers a été gentille avec un autre organique perdu dans l'univers qui avait été la pire chose qui lui soit arrivée. Et voila pourquoi je ne trahis jamais... Donc oui, je n'aime pas quand les gens parlent de sexe ou domaines du genre. Ça me rappelle tout ceux qui n'ont jamais reçu d'aide. Et le regard que Morg' m'a porté, lors de ma première fois... Il ressemblait à l'expression qu'elle avait, mentalement, dans cette cellule. Pourtant, elle m'a sauté dessus avant l'histoire du Colony Ship. Mais je peux pas m'empêcher de penser qu'inconsciemment, elle savait que ça allait finir par arriver. Mais qu'elle aussi voulait rien dire. Et je pense qu'elle-même s'en voulait, pour ça. C'était peut-être pour ça, d'ailleurs, qu'elle a essayé de se persuader que c'était elle qui voulait rester avec moi, et pas l'inverse. Toute cette histoire, là... Quand j'entends des gens faire leurs discours sur la vie de couple, les mœurs, les morales, les types qui s'embrouillent sur des trucs insignifiants, alors qu'il y avait un empire... Genre les gars pas contents que Valéria, en haut, existe encore, alors qu'elle s'est payé l'enfer absolu pendant 30 ans... Mais ils s'en branlent, de ça. Et je m'en branle, de leur avis. Leur justice populaire, leurs objections de consciences, leurs dogmes scientifiques ou religieux a la con... J'ai l'avis de tout le monde, tout le temps. Donc ouais, je suis décontracté, et je laisse passer beaucoup de choses, tant que les gens tentent pas de s'imposer trop violemment sur les autres."

Il avait repris son rythme, grattant la jointure de la mâchoire droite. Le tout était rassurant. Le rêve commençait à s'estomper. Elle se sentait vidée, plus que préoccupée, désormais. Elle allait pour recommencer sa recharge quand le Gardien marmonna :

"Ah putain... Hé, Invictus-Austère ! Devine qui est en train de baratiner les veilleurs de l'entrée du Sanctu-"

Le Dox se redressa, regarda la porte, alluma son intercom. Sa manie éternelle de mettre des caméras n'importe où semblait avoir payé, car il constata quelque-chose et chercha des caméras une quelconque cachette, puis se résolut à employer une tactique sûrement mûrement réfléchie :

"Okmaintenantonditquejedors !"

Phyro ricana, et continua :

"Gros, je sais pourquoi elle vient. Attends, j'ai une grande idée, là ! Une idée de génie ! Oh, une idée super !"

Le restant de la conversation devait se dérouler mentalement. Invictus, dans son imitation de veille, se mit à bondir sur place, trahissant sa mascarade. Elle entendait très distinctement son système de ventilation surchauffer. Quel que soit le plan imaginé, il devait être hors de lui. Après une dizaine de secondes, Phyro finit par conclure à voix haute :

"Merci pour ta joyeuse coopération."

Il se tourna et expliqua la base du plan :

"Fais-toi passer pour Ayaap, tiens. Si tu sais pas comment répondre, laisse-moi m'en charger, je suis un meilleur baratineur que Dusk ne l'imagine."

...hein ? Vous jouez à quoi, là ?

"Tu voulais comprendre la pensée des organiques ? Bah j'ai un début de piste pour toi et une occasion que tu verras pas de si tôt si tu la rates... En plus tu vas permettre à Invictus d'avoir un peu la paix, et moi j'vais bien rigoler. T'es partante, meuf ?"

"Je... Ne comprends pas tout. Invictus ? De quoi parle-t'il ?"

Le Dox fit signe de continuer de la main, assez furieusement, toujours concentré dans sa mascarade. L'aval du Dox-Commander la décida :

"...fort bien. Il est temps d'essayer ce que j'ai appris sur vous autres organiques, al-"
Quelque-chose ne va pas ? jvhap

Notaproblem

Mai 07, 2019, 02:32 am #260 Dernière édition: Mai 07, 2019, 02:34 pm par Notaproblem
Le bruit de la porte d'entrée, s'ouvrant discrètement, fût brièvement couvert par Phyro qui souffla brièvement. L'arrivant- Non, apparemment une arrivante, rentra dans la pièce, s'efforçant de limiter le bruit de son entrée. Elle balaya du regard la salle, et son regard se posa bien vite sur la (fausse) prêtresse. C'était une Nocta, évidemment. Elle avait repris, durant le problème du balai de Kinetic, la direction du département d'ingénierie, via ordres indirects lancés de chez elle. Dans le noir, elle donnait l'impression d'une robe flottante, frappée de deux yeux, de dents et d'une paire de cornes lévitant dans le vide. Elle eût un mouvement de scepticisme, puis se fendit d'un large sourire avant d'affirmer :

"Sur le canapé ? Encore ? Qui squatte votre lit, cette fois-ci, Ayaap-Bienfaitrice ?"

Damnation ! Le lit était occupée par la vraie ! Il fallait-

"Dis que c'est Morgana en chambre d'amis et un, euh... Invictus, a l'aide. Merci Invictus. Carter en visite. Celui du Sanctuaire."

L'histoire tenait a peu près la route. Elle n'avait aucune idée de qui était Carter, ni de pourquoi il remplaçait Valéria, mais soit :


"Yo, Dorn' !"
"Eh bien, euh, Morg' est en haut, et l'enc- la chambre d'amis... "

"Ah, et sois inquiète. Comme quand-"

Ne vous en faites pas, je sais exactement de quoi vous parlez. Je trompais des Marines avant même que vous n'ayez vent de mon existence...

Repenser au rêve, préparer la phrase :

"...un terrien y loge a..."

Non, Ayaap ne parle pas comme ça...

"...a durée pas encore déterminée. C'était une dure journée, hier. Vous n'avez pas idée..."

Et je n'en ai aucune idée non plus ! Vite, y remédier !

Vérifier la banque de données. Invictus est au courant, et, de ce fait, elle-même pourra l'êtr- Oh par l'empereur, quelle scène ! Bien plus qu'il n'en fallait pour... Un lance-filets ? Mais ce genre d'appareils ne fonctionne pas sur les créatures dotées de pouces opposables ! Cet individu, là... Imitait un Marine jusqu'au cliché désavoué ! Quel scandale, même les Aquamarines l'auraient pris en dédain !

L'esquisse était prête. Raconter une version assez crédible avec un ton assez convaincant allait être un jeu d'enfant. L'important, ici, n'était pas de comprendre, mais de bêtement reproduire un schéma d'action. L'interlocutrice (D'après les banques de données, Dorna, ou Dusk) reprenait déjà la main :

"J'ai eu vent, j'ai eu vent. Les portiers étaient sur les dents, ce soir. J'ai cru que j'allais devoir les assommer pour passer. Enfin... J'ai raté la fête ?"

Ce fût Phyro qui reprit la parole :

"Ouaip. Y'a eu deux-trois invités, ils sont rentrés, on est restés. Un bordel. Y'a eu embrouille hier, et une belle, en plus. Je suppose que t'es déjà au courant..."

Dorna ricana :

"Oh oui, je suis au courant. Une troupe de ta planète natale, avec des infos pas à jour. Du genre ta phobie des larves. Ils le savaient pas, que t'avais viré ça après l'incident de l'ancienne capitale naine ? Enfin, Phyro-Surmené, je ne vais pas tourner autour du pot : Franzis-Classiques voulait fêter sa première prise post-Axiome en compagnie d'Ayaap-Joyeuse. Ça vous dérange pas, vous deux ? Enfin, je sais que toi, tu vas la laisser décider."

Elyseum ne comprenait pas bien. Le Gardien, lui, répondit plutôt vite :

"Moi si t'es libre ça m'arrange un peu, dans la pratique. 'faudrait que t'ailles calmer deux-trois trous de balles qui font les chauds, de manière efficace. On t'a raconté l'histoire du manoir de Glasty ?"

La Nocta en profita pour s'asseoir sur le canapé, profitant de l'accoudoir, avant de continuer :

"Oh oui. Oooooh que oui. Ainsi, Valéria-Reine de glace refait surface, hein ? Avec un outremondien tout nouveau tout con qui sauva par erreur Morgana-Visée ? Oui, oui. Elle m'intéresse énormément, en effet. Que savez-vous de celui qui l'a trouvé ? L'outremondien, j'entends."

Il énuméra le tout avec un professionnalisme surprenant :

"Nouveau, vient carrément pas de cet univers, était le chef d'un empire composé exclusivement de clones de lui, mégalo au possible, a déjà ravagé une planète a la bombe, a laissé un bouc-émissaire prendre le contrôle d'une seconde planète quand la première s'est faite purger par des aliens et lui a tiré une balle dans le dos quand le dit-bouc a tenté de se rebeller. En somme, un type bien, quoi. La norme de chez nous. Lui qui chope la garde de Valéria sur les commandements des Seekers, c'est le Karma avec un grand K. Enfin, je suis mauvaise langue. C'est un bon gars, au fond. Tout ce qu'il veut, c'était que les humains survivent, mais bon : La route de l'enfer est pavée de bonnes intentions. Pour ce qui t'intéresse : Pas hédoniste, pas joueur. Du moins pas quand il est sobre. Bourré, ça pourrait changer encore plus facilement que ta première fois avec championne, mais passons, t'es pas là pour lui, je suppose. Ambitieux, veut retourner sur Terre. Risque d'être gravement déçu. Il va partir avec un contrat symbolique là-bas, donc vague excuse donnée, il pourra faire un tour, sortir deux-trois gars un peu en dèche de matériel, piller des compagnies privées, ramener des infos sur qui a tenté de nous niquer... J'crois que je vais aller avec lui, d'ailleurs. Et si je me rappelle, Franzis voulait lui-aussi voir où j'avais grandi..."

La Nocta haussa les épaules :

"Ouais enfin si c'est pas payé et qu'il y a rien a gagner... Enfin, le contrat vient de qui ?"

"Trésor. 'faut retrouver deux gosses. Elle avait l'air d'y tenir. Enfin, ça c'est le prétexte. Moi j'y vais également pour savoir qui tente de nous faire le cul, là."

Dusk fronça les sourcils, et se mit a réfléchir. Puis, elle claqua des doigts et fixa Elyseum :

"Et vous même, Ayaap-Traquée- Je suis désolée, pour ce qui vous est arrivée, d'ailleurs. Même nous autres corsaires ne nous abaissons pas à frapper les ordres pacifiques... Comptez-vous y aller ?"

La Dox planifia son action. Un contrat, donc ? Géré par l'outremondien ? Hm, c'était peut-être une bonne idée, après tout. Voir a quoi la planète qui avait donné tant de fil à retordre à Ozgär ressemblait...

"Phy- Chaton y va, Morgana n'y va pas. Je dois m'assurer qu'il ne lui arrive rien, ja ?"

La réponse semblait satisfaire Dorna :

"Comptez donc sur nous pour venir. Un contrat rapide, comme ça... Ça fait longtemps que nous n'avons pas pris de vacances ! En parlant de vacances, vous ne m'avez pas répondue : Chaude pour la demande de Franzis-Hédoniste ?"

Et c'était là que le leurre se mettait donc en place ! C'était ça, son motif de venue ! Elle allait donc usurper la place de la prêtresse !

...la prêtresse était-elle d'accord ? Courroucer l'autre pouvait se révéler une grave erreur...

Phyro avait la réponse, encore :

"Y'a pas de mauvais bails, t'inquiète !"

Alors soit :


"Eh bien, pourquoi pas."

La Nocta ricana et dit d'un ton sarcastique :

"D'accord, maintenant dites-moi : Qui êtes vous, et qu'avez vous fait d'Ayaap-Réservée ?"

Enfer et damnation ! Où ai-je-

Elle s'empressa d'inventer une excuse :

"Quoi ? Non, je- Je suis juste fatiguée, c'est tout ! Je ne- Je reste toujours la prêtresse de-"

La Nocta éclata de rire, et se sécha les yeux en avouant :

"Je vous fait marcher ! D'habitude, vous prenez un moment a convaincre, comme si vous essayiez de faire croire que vous n'y accordez pas grand-cas ! Vous devez être réellement exténuée... Vous n'êtes pas blessée, au moins ?"

Phyro corrigea d'avance le tir :

"Dis que tu vas bien, sinon elle va vouloir te faire un scanner en prévention et elle va se rendre compte de la supercherie, là !"


Enfer... Il fallait qu'elle soit soigneuse... Phyro a raison ! Si elle venait à me vérifier, elle comprendrait que je n'émets pas de la chaleur aux bons endroits !

"Il ne m'a même pas touchée, ne vous en faites pas. Phyro n'aurait jamais laissé faire."

C'était faux. Elle était arrivée dans son service dans les bras d'Invictus, dans un état bien plus que pitoyable, et Phyro avait été occupé à écumer de rage dans la ruche des Seekers, mis a l'amende par trois terriens et un canon de zéro absolu. Quand bien même il eût a cœur d'y aller, ce qu'il avait eu... Il n'avait pas pu y aller.

Quoi qu'il en soit, la Nocta semblait avoir avalé les couleuvres :


"Me voila donc rassurée ! Vous gardez cette même tête inquiète et préoccupée que d'habitude, et non cette air résigné de vos mauvais jours. C'est bien la preuve que tout va bien. Phyro, vous êtes un admirable compagnon, et elle a de la chance de vous avoir !"

Invictus, au fond de la salle, jamais remarqué, se retenait de toutes ses forces de rigoler.

Pas assez. La Nocta se retourna, entendant un bruit de sursaut. Considéra le Dox. Fronça les sourcils :


"Oh, Invictus-Furtif ! C'est peu courant de ne pas le voir au centre de l'attention ! Il dort depuis combien de temps ?"

Phyro haussa les épaules :

"Ça a été le premier a aller dormir. Il a repoussé une attaque dans les laboratoires, assisté le Robust, fait un sprint manoir d'Ozgär-Sanctuaire, assisté trésor, re-piqué un sprint pour sa réunion inter-Doxs, et continué son marathon pour venir fêter Noël. Ses batteries sont a plat, le pauvre..."

Dusk se leva, en murmurant :

"Il est ravissant, quand il dort..."

Puis alla se placer devant lui, pour...

Mais qu'est-ce qu'elle fait ?

"Ça s'appelle la bise sur le front. C'est une manière de souhaiter bonne nuit chez elle. Elle est très, très tactile. Et si t'aimes pas ça, elle deviendra encore plus tactile, uniquement pour avoir une réaction. En fait, si tu n'est pas d'accord avec elle, elle exagérera ce qui t'énerve, rien que pour avoir une réaction et te prouver qu'elle peut être plus conne que toi. En se sens, elle ressemble à championne, mais Dusk sait quand s'arrêter. Y'a longtemps, elle a voulu modifier Invictus pour... Qu'il puisse rentrer dans la catégorie 4. Ça l'intéressait pas, donc elle a essayé tout un tas de stratagèmes pour le convaincre. Comme Invi' l'a pris en défi, il a pris à cœur de refuser, et... Voila où ces deux abrutis en sont."

La Nocta, voyant une absence de réaction, se désintéressa très vite du Dox et revint sur l'accoudoir, posant une nouvelle question :


"Enfin. Outre le fait que vous ayez décidé de ressembler à un gouvernement, ce qui ne nous tient pas réellement à cœur... Je comprends pourquoi vous avez dû fonder le Robust. Mais, bien évidemment... Tu te doutes de notre avis sur le fait que des gouvernementaux traînent dans les rues. Enfin, c'est pas trop grave, évidemment. Les contrats restent actifs, et, au fond, rien n'a changé. Phyro, une faveur, s'il-te-plait : Fais en sorte que les choses restent comme elles sont. Je n'ai pas rejoint ton entourage pour que tu finisses par fonder un gouvernement comme ceux que tu méprisais tant."

Phyro rigola franchement :

"Alors ça, c'est pas prêt d'arriver ! A la seconde où on annonce vouloir bureaucratiser l'Axiome et mettre en vigueur des taxes et une monnaie, les trois quarts de la planète se barreraient le jour même ! Nan, le Robust est particulier. Prends ça comme des chasseurs de primes chassant les primes dans l'Axiome uniquement. Genre, euh... Le complot visant à lyncher Valéria, par exemple. Je les comprends, hein. Ils ont le seum', ça passe, mais le problème c'est qu'ils ont même pas cherché à communiquer. Donc je vais les forcer à communiquer : Je veux des noms. Et tu vas m'y aider."

La Nocta se raidit, grinçant :

"J'y gagnerai quoi ?"

Grand silence. Devant l'absence de réponse de Phyro, elle finit par reprendre la main :

"Ça ne marche pas, hein ? Bah, que t'aies lu mes pensées ou pas, tu sais bien que je comprends parfaitement en quoi des électrons libres dans un équipage n'ont rien a faire en liberté bien longtemps. Les fauteurs de troubles sont un fléau, et je te donnerai des noms. Cependant... Tu m'aideras a avoir un passe. Ils veulent la consort, et je veux la consort. Et tu vas me la donner, entends-tu ?"

Le Gardien haussa les épaules :

"Ça, ça dépend que d'elle. Mais bon, je pense qu'elle est pas assez conne pour sauter dans tes bras les yeux fermés. Fondamentalement, elle n'a absolument aucune raison de te faire confiance. Je PEUX, éventuellement, me démerder pour qu'elle soit moins réticente à établir le dialogue avec toi. Mais il va me falloir une garantie : Une promesse, tiens. Tu sais a quel point je tiens mes promesses a cœur : Tu ne chercheras pas, comme l'autre camp, a lui nuire. Elle est pardonnée de par son statut de victime, hein, a défaut de rebelle, et je trouve que c'est très bien comme ça."

La Nocta gagna un rictus :

"On prend n'importe quoi en guise de victimes, de nos j- Moi ? Non, bien sûr. Je sais qu'elle se rappelle encore de moi, et j'ai toujours une copie de la prime royale sur nos têtes, a Dawn et moi. Non, la royauté... C'est quelque-chose de très, TRÈS superficiel. Quand j'en aurai fini avec elle, c'est moi qu'elle aura appelée sa reine, et non sa sœur. Je ne cherche pas plus a mal que ça. Après tout, je suis une corsaire, si j'avais voulu avoir de l'ambition, j'aurais pris un métier de gouvernementale ! Ou j'aurais continué a servir dans ce cloaque d'hypocrisie qu'était l'ancien ordre de l'Accalmie !"

Ce fût Elyseum qui fût intéressée. Elle passa en revue tous les prétextes pour en savoir plus, et en prit un au hasard :

"Je suis un peu fatiguée, je n'ai pas suivi. Il s'est passé quoi, avec l'Accalmie, déjà ? Je n'ai rien raté, ja ?"

La mine de la Nocta vira au dégoût, alors qu'elle résumait :

"Vous n'avez jamais osé le demander, avant ! Bien, merci de me permettre de vous le confesser, si vous y tenez. L'Accalmie, qu'on m'avait vanté comme rédemption de mes erreurs (Donc, de mes cornes), et qui avait a cœur de me faire travailler ma rédemption plus qu'aux actuels rédempteurs, a fini par tenter de me faire porter le blâme de leurs indiscrétions quand leurs extorsions envers ceux qu'ils étaient sensés soigner se sont révélés trop pesantes. Quand le grand prêtre m'a convoquée, je... J'ai craqué. Je l'ai tué, violé son putain de cadavre, arraché les membres, les ai fait cuire, et ai forcé le conseil des cinq guides a manger ses restes. Sauf Arlaam-Vermine glorifiée. Lui, tout spécialement... Je savais qu'il avait des vues sur moi. Ah, j'ai réalisé son rêve, après tout. En le forçant, en même temps, a lire a haute voix tous les passages de son journal intime me concernant, sous les yeux de sa femme- Ah, vous auriez vu sa tête, à elle... Elle était décomposée. Elle ne savait pas si elle devait entreprendre de tuer son mari, pour ce qu'il avait comploté durant des années, ou me tuer moi, pour ce que je lui infligeais à elle et son mari... J'étais hors de moi. Comme je n'avais nul endroit où aller, après ça... et que j'étais bloquée dans une pièce, avec les bergers tambourinant aux portes, en huit-clos d'Arlaam-Méprisable merde et de sa femme... J'ai réalisé que je n'avais plus rien a perdre. En fait, je n'avais jamais rien gagné, en tout ce temps. Je lui ai donné un choix, à sa femme. Me tuer moi, ou tuer le guide."

Ah, c'était reparti pour trois heures d'histoire ? Soiiit...

"Elle a décidé, en larmes, une bien cruelle résolution : Elle a assassiné le guide, et a utilisé son Talent de passe-muraille pour me faire passer la foule massée dehors. La tâche... A manqué de la tuer, je crois. Et elle m'a demandé de continuer à vivre, et m'a maudit pour que le restant de mon existence ait la même signification que la sienne avait, désormais. Mais elle se trompait. J'avais une signification. Et elle était plutôt simple : L'autorité... Est inutile. La seule chose qui comptait, en réalité, était de savoir si oui ou non je pouvais dormir le soir. Je ne trouvais presque jamais le sommeil, alors que les "enseignements" de l'Accalmie me vantaient la paix intérieure. Et alors que je venais de commettre une série d'actes tous plus impies les uns des autres... Alors que j'étais traquée, réfugiée dans une grotte froide et humide, ce fût la meilleure nuit de ma vie. Et le rêve d'une famille pieuse de cette conne, là, qui était en pleurs devant son mari trois fois souillé... Non, les rêves d'un monde meilleur, c'était des conneries. Vivre, voila où était l'important. Vivre, et faire vivre les autres ! Puis j'ai fini par foutre les pieds dans une île neutre, et j'y ai vécue en tant que soigneuse indépendante (vous savez vous-même). Un jour, un type de l'Aube est arrivé avec une épaule disloquée, on a parlé un peu, et durant l'opération, les Pariahs sont arrivée, et ça a été le bordel, et Phyro-Ambassadeur (Nocta, le pauvre...) était là, et la suite vous la connaissez : J'ai rejoint le Cornaline, Franzis-Renégat était sympathique... Bref."

...non, en fait ça allait, c'était rapide ! Elyseum regarda le Gardien : Peu importe la pique lancée sur le statut d'ambassadeur, il s'en foutait. Il changea même de sujet :

"Enfin, t'étais pas venue pour raconter ta vie, a mon avis. Et si t'avais pas une idée en tête, t'aurais laissé Franzis se démerder avec sa demande. Tu venais nous voir pour quoi ?"

Elle leva un sourcil, puis pouffa de rire et s'excusa :

"C'est Phyro qui me ramène dans le présent ! Je dois être décidément plus fatiguée que la carcasse dans son siège, au fond..."

Le Dox-Commander se laisse faire ? Je l'ai connu plus réactif que ça !

"Crois-bien que je bougerais bien un vérin, si j'étais assuré d'en voir la fin ! Mais la connaissant, elle va insister durant aussi longtemps qu'une ronde de discipline..."

Dorna, inconsciente de l'échange, continuait :


"Enfin, oui. Parlant d'Invictus-Épuisé : Les Doxs. Eux-même. Je me suis vite fait renseignée, et... Beaucoup gueulent au népotisme, ou a l'affectation arbitraire de ceux-là... Tu me connais, je m'en fous. Ce qui m'intéresse, chez eux : Donne-moi la liste de ceux qui peuvent avoir eu vent ou être en possession d'un registre des transactions de l'empire. Je les pense bien plus coopératifs que les pariahs de base, et je veux ces infos. Oh, et dans la continuité de ce que t'appelles "Du rhum, des femmes et de la bière nom de Dieu" : Sont-ils tous autant coincés qu'Invictus-Austère ?"

Ça, je peux y répondre ! Damnation, comment le dire sans me faire révéler...

"Eh bien... J'ai reçue la visite de certains d'entre eux, et j'ai voyagé jusqu'à Phobos en leur compagnie. J'ai un peu parlé, et... Essaie Deadlock."

La Nocta répéta le nom a voix basse, puis donna son avis :

"Le chef du Robust ? Il est populaire, auprès de ses gars. Je n'ai pas vraiment envie d'attirer la curiosité de tout le Robust avec ma requête..."

"Mais de quelle requête parlez-vous ?"

"Une Nocta. La dernière fois que je l'ai vue, elle était assez petite, les cheveux mi-longs, un peu bouclés, noirs et teints en bleu. En partance pour Malth. Pas pu empêcher le convoi de partir. Vous devez vous en souvenir..."

Malheureusement, elle ne disposait pas de la mémoire de la prêtresse. Elle botta en touche :

"Pas trouvée, du moins personne comme ça n'est venue ici. Vous avez essayé Elyseum ?"

Dorna soupira :

"Encore faut-il la trouver ! Elle passe sa vie dans son laboratoire, perpétuellement déguisée ! Ses propres subordonnés préfèrent sortir l'intercom plutôt que de la chercher !"

Quoi ? C'est faux ! Je ne suis pas une plaie à trouver !

Elle continuait, cependant, ignorant le fait d'avoir piqué la Dox au vif :

"...et quand bien même je la trouvais, la plupart des histoires qu'elle raconte me font penser qu'elle doit a peine avoir retenu qui était passé dans ses griffes ! Ce serait une bénédiction si elle arrivait à s'en souvenir, un miracle si elle pouvait me donner un nom, et un rêve qu'elle puisse me donner un destin !"

C'est FAUX ! Je PEUX donner un NOM ou ce QU'IL EST ADVENU DE QUELQU'UN !

La main de Phyro serra la Dox, tandis qu'il demandait mentalement :

"Meuf, 'faut te calmer. Elle fait pas exprès, et même, t'auras toute l'occasion de lui donner tort quand elle se rendra compte qu'il y a deux Ayaap devant sa porte."

Grmbl m'emmerde cette satanée organique qui peut a peine suivre des règles... Mais dites-moi, putain d'organique : Est-elle toujours autant penchée sur la reproduction ? Son comportement n'est pas normal... Habituellement, les organiques des enclos de reproduction avaient pour habitude de résister au début, et juste essayer de dormir du mieux qu'ils pouvaient quand ils avaient un peu d'ancienneté dans ces endroits-là !

"C'est un cas particulier, elle. Très, très particulier. C'est un peu compliqué à expliquer, mais elle adore échafauder des plans a longueur de temps, et il y a deux issues à de tels plans : Soit l'un des deux parti meurt, soit l'un des deux parti finit par abdiquer. Elle a choisi la troisième option. Pour son espèce, séduire quelqu'un est un acte qui se doit d'être mûrement réfléchi. Elle, elle enchaîne ça à la pelle précisément parce-que son espèce "suit les vertus proclamés par les guides", blah blah... Bref, elle fait ça pour faire chier les Noctas, et ça marche. Tant que son espèce entière n'aura pas abandonné ou ne sera pas éteinte, y'a de fortes chances qu'elle continue à viser tout ce qu'elle trouve a peu près attirant lors de ses soirées. La sous-estime pas, elle est prompte a jouer de sa réputation pour se faire insignifiante..."

Depuis quand diable se reproduire est quelque-chose de révéré par les organiques ? N'importe quel Marine en parlait en rigolant ! Et apparemment, vous, la moitié de mon laboratoire et même cet outremondien vous faites tout petits quand je mentionne ces histoires !

"Ça, tu te feras une idée avec elle, si ce tour-là passe. Tu voulais l'indiquer sur des Doxs, je crois ? Ça te fera des points, elle n'est pas du genre à oublier."

Bien vu. J'ai assez perdu de temps avec ces histoires stupides. Vous autres organiques vous compliquez la tâche, nous ne faisons pas tant de cas quand nous devons assembler des automatons.

"Ahem. Tectonic ? Il catégorisait tout le monde, tout le temps, apparemment. C'est votre meilleure piste..."

Elle trouva ENCORE quelque-chose à redire :

"Je pense qu'il risque plutôt d'essayer de nous tuer. Après tout, euh... C'est Franzis-Susceptible qui l'a "comptabilisé"..."

C'était donc lui, le tueur de Tectonic ? Il n'avait jamais voulu m'en parler !

"Tué, euh... Tué comment ?"

"Tu ne sais pas ? Il en parle tout le temps ! Comment peux-tu avoir oublié ?"

Et merde !

Sentant que c'était probablement la question de trop, elle essaya une excuse qui avait l'air de fonctionner :

"Un oubli, la semaine a été particulièrement dure, là..."

Ça ne passait pas. Dusk regarda de travers la Dox, et réfuta le tout :

"Non. Nonononon. Il en parlait tout. Le. Temps. Phyro-Ennuyé reprenait son histoire mot pour mot quand il commençait a la raconter. Et même quand vous et Invictus-Blasé êtes venus, vous avez très vite repris cette habitude."

Phyro fila l'antisèche :

"T'abuses, là- Quoi que tu savais pas. Alors répète après moi : Il a chopé le bras du tas de merde, l'a arraché, a planté sa lame dissimulée dans la gorge du Dox et l'a envoyé voler a travers toute la rue."


"Oh, oui, je me rappelle : Il a chopé le bras du tas de-"

TAS DE MERDE ? TECTONIC ?

"-de merde, l'a arraché, a planté sa lame dissimulée dans le sys- dans la gorge du Dox et l'a envoyé voler a travers la rue..."

QUI PEUT OSER PARLER COMME CELA DE TECTONIC ? POUR QUI SE PREND ELLE ?

Ce fût Invictus qui reprit la main, mentalement :

"Caaalme, le type en question peut soulever des bâtiments. Tectonic était pas au courant, et, ce jour-là, il était particulièrement énervé d'être obligé de faire un test Psi pour chaque organique qu'il devait gérer. Malheureusement pour lui, Franzis n'a pas à se soucier des champs zéro, donc... Il a volé. Pour eux, c'était juste un Pariah comme un autre, ne le prends pas a mal, mais nous étions dans le même panier. Contente-toi de continuer ton acte, tu pourras lui en toucher deux mots plus tard."

Dusk agita la main :


"Bien. Je me serais bien glissée parmi vous, mais ce canapé a déjà fort a faire avec vous deux. Je serais bien allée rejoindre Morgana-Dormeuse en haut, mais je sais qu'elle met une heure a émerger, quand on la réveille. et le terrien... On m'a mis en garde sur leurs niveaux de radiation latents. Je pense que je vais y aller, alors. J'ai des noms a vous trouver, et j'ai fait mon choix : Je préfère chasser une fantôme plutôt qu'un rancunier ou un gouvernemental. Je vais de ce pas demander a l'équipe nocturne du centre de recherche si ils l'ont vue, et je penserai à demander au Santa-Maria si ils ont les noms de ceux que tu cherches, Phyro-Défenseur. Et puis, il va me falloir convaincre Franzis-Capitaine que le Cornaline est demandé pour un voyage sur Terre. Allez, bonne fin de quart !"

Et elle partit, en récupérant une serviette roulée en boule, qu'elle lança sur la tête d'Invictus en sortant, tout en lâchant en fermant la porte :

"Pleine lune !"

Le temps passa, rien ne bougeait. A un moment, Phyro finit par dire :

"C'est bon, elle est loin !"

Le Dox-Commander se leva :

"Un doute m'habite, dans ton plan "de génie" (Sache que je te déteste du plus profond de mon âme, d'ailleurs, a marchander Elyseum comme le plus vulgaire des Marines) : Tu vas lâcher Elyseum (qui, si je me rappelle, n'est pas dotée d'un système de nerfs sensoriels) aux mains des deux cons nymphos, là. T'as pas l'impression d'oublier un détail important ?"

Le Gardien ouvrit ses yeux tout ronds. Sembla vouloir poser une question à la Dox, puis se ravisa. Fronça les sourcils. Finit par réagir :

"Attends quoi ? Laisse-moi vérifier..."

Un bref instant passa. Soudainement, il demanda :

"Je viens de regarder tes souvenirs : On t'a conçue pour être en mesure de servir de... Euh... De..."

"De 4. T'emmerdes pas avec elle, elle t'a déjà dit ce qu'elle en pensait."

"Ouais voila, de 4, et pourtant tu ressens absolument rien ?"

Il était con, l'organique en fait ! Évidemment ! C'était tout naturel de ne rien ressentir, pourtant ! Mais il avait l'air convaincu du contraire, lui. Elle hasarda donc :

"Je te demande pardon ? Aurais-je dû ressentir quelque-chose avec une vulgaire insertion par un quelconque orifice quel qu'il soit ? Bientôt tu vas me dire que ranger des outils dans une caisse est l'activité la plus trépidante de ta vie !"

La tête du Gardien se décomposa. Il bégaya tout juste :

"Maismaismais c'était une idée de... C'était-"

"-Une idée de MERDE !"

Elyseum prit la parole. Après tout, c'était la principale concernée, et elle trouvait désobligeant que personne ne lui ait encore demandé son avis :

"Taisez-vous donc, vous deux. D'accord, pour la science, je suis disposée à faire un essai. Tout ce qu'il me faut, actuellement, c'est un système sensoriel ?"

"En très résumé, ouais..."
"Et cet insecte-là n'y a pas pensé ! Je l'ai connu plus efficace, dans ses plans farfelus !"

"Eh bien soit. Attendez une seconde."

Elle sortit son intercom de dessous son épiderme, au bras. Chercha la bonne personne pour ce travail. Finit par tomber sur celle qui irait forcément être utile pour cette tâche. Tapa son message :

"Ma Dame, Phyro et Invictus viennent de me faire passer pour le double d'Ayaap et m'ont fixé un rendez-vous avec une dénommée Dusk. J'aurais apparemment besoin d'un système sensoriel. Vous avez bricolé la majeure partie des améliorations d'Invictus, et Kinetic ne cessait de me bassiner avec son détecteur d'intentions, quelque-chose dans ces eaux-là. Pourriez vous m'aider à mon tour, très chère ?"

Les deux autres se regardèrent :

"Gros, elle va le prendre comment, à ton avis ?"

"Morte de rire a l'idée de voir Dusk et Elyseum galérer ! Elle va sauter dedans ! Mais, franchement, c'est sale, comme blague..."

Phyro leva les épaules :

"Franzis me faisait chier avec son "Jamais deux sans trois", je vais pas le contredire, hein."

"Enculé, va ! Allez, dormez. Je suis sûr que Morg' dort a poings fermés, elle !"

Elyseum capta une réponse. Apparemment, elle ne dormait pas. Elle lut le texte, et avertit les deux autres :

"Vous avez faux. Elle est même très loin de dormir..."
Quelque-chose ne va pas ? jvhap

Notaproblem

Parce-que je dessine beaucoup, moi, mais dessiner c'est bien, mais ça ne m'empêche pas de coucher sur papier tout le plot qui commence à se demander quand il va finalement sortir. Eeeenfin. On en vient a bout, de cette soirée qui dure depuis 3 mois IRL.
Quelque-chose ne va pas ? jvhap

Notaproblem

Mai 10, 2019, 05:58 pm #262 Dernière édition: Mai 10, 2019, 06:17 pm par Notaproblem
Hé, j'avais pas calculé ! Mais ce récit-là a désormais, depuis son début le 24 Avril, désormais plus d'un an !

Joyeux anniversaire à ce support-là qui aura permis l'expression de tout un univers !

'faudrait que je fasse un dessin là-dessus, éventuellement
Quelque-chose ne va pas ? jvhap

Kait

C'est fou ce que le temps passe vite.

Joyeux anniversaire petit récit !  jvfete

Spoiler: MontrerCacher
Et oui, je lis bientôt.  jvhap

Notaproblem

Merde tu m'y fais penser. Maintenant, j'ai le problème inverse de mon problème d'origine : Je dois désormais passer les chapitres supplémentaires qui traînent sur libreoffice en version Forum jvhap
Quelque-chose ne va pas ? jvhap

Notaproblem

Bon. Vous serez "heureux" de savoir que la première partie du récit sur Libre office (Donc Dropbox quoi) se voit désormais gratifiée d'un prologue sensé permettre de tenir plus facilement les premiers pas. Il... N'explique pas grand-chose à ceux qui ont lu. Mais si certains se sentaient encore paumés, le démarrage se fera désormais plus en douceur. Et, en plus, se fera avec un niveau d'écriture convenable comparé à mes débuts. Malheureusement, je ne peux évidemment pas le rajouter sur le forum, donc bah... Considérez ça comme un bonus au téléchargement !

Merci à Arkuden pour cette magnifique idée, d'ailleurs !
Quelque-chose ne va pas ? jvhap

Notaproblem

J'ai rajouté deux nouveaux chapitres, depuis le temps. En fait, je crois que je vais continuer le récit sur Libre et juste passer là pour mettre au courant des avancements, histoire que ce topic serve encore à quelque-chose. Après tout, le récit en lui-même est né ici.
Quelque-chose ne va pas ? jvhap

Cody

C'est triste mais pragmatique.  jvhap
Mes vacances viennent de commencer, du coup j'aurais sans doute pas mal de moments pour lire. Le problème c'est que je crois que j'avais dit la même il y a un an.  jvnoel
"She was a fighter, that girl. I don't remember her name.  Something starting with an A, I think ?  Something pretty.  I wish I could remember her name."

Notaproblem

Juin 11, 2019, 11:05 pm #268 Dernière édition: Juin 16, 2019, 02:13 am par Notaproblem
Every day I'm shovelin', shovelin', shovelin'...

...nouveau chapitre sorti.

Spoiler: MontrerCacher
En side-story l'une des deux rivales perd aux échecs et le prend aussi bien qu'une personne qui apprend que le but majeur de sa vie a échoué à un point critique au point de se retourner à l'exacte inverse contre elle. Un peu comme si a la fin de stars-wars, Palpatine implosait Luke et le transformait en Dark Vador 2.0, les gens sont compréhensifs, ça parle de peinture et Phyro se demande ce qu'il fout encore la. En histoire principale Morgana se réveille pas bien de sa scène d'hier, nettoie son boxon, a une crise de conscience et ramène quelqu'un en auto-stop avant de renouer le contact avec un viel ami qu'Invictus voulait lui présenter depuis le tome 2 déjà parce-que j'arrivais pas à le caler.
Quelque-chose ne va pas ? jvhap

Notaproblem

Juin 16, 2019, 02:05 am #269 Dernière édition: Juin 16, 2019, 02:08 am par Notaproblem
Allez paf, j'ai du temps on m'arrête plus... On continue dans l'avance eeet y'a un nouveau chapitre. Tiens, en fait je pense que je vais faire un rapide résumé du sujet traité, histoire de.

Spoiler: MontrerCacher
En sidestory y'a la conclusion de la soirée qui aura pris dix mille ans pour Kayte, Dorna et Valéria où on apprend que Kayte sait désormais comment s'y prendre pour avoir les bonnes infos mais sans se ruiner la santé mentale, Valéria est pas contente de sa situation et Dorna est très contente de la sienne. En histoire principale, y'a, pour changer, du gameplay, des flashsbacks et une dissertation sur le développement photographique en noir et blanc avec lumière inactinique !
Quelque-chose ne va pas ? jvhap

En haut